these sur l’agroforesterie en region nouvelle-aquitaine

Présentation par Juliette Porte, doctorante contractuelle au Centre Emile Durkheim, de sa thèse en cours préparée depuis janvier 2020 à l’Université de Bordeaux

L’agroforesterie, présentation du contexte historique et questionnements

L’agroforesterie désigne l’association d’arbres et de cultures et/ou d’animaux au sein d’une même parcelle. Il s’agit donc d’une « agriculture avec des arbres », peut-on lire sur le site de l’ICRAAF (World Agroforestry Centre), institut de recherche qui étudie les bénéfices des arbres pour les humains et leur environnement. Il ne s’agit pas d’une nouvelle invention agricole, mais d’un nouveau nom pour désigner une pratique ancienne (Nair, 1993).

Dans le cadre du travail doctoral que je poursuis actuellement sur le sujet de l’agroforesterie, j’étudie la réémergence de l’agroforesterie dans l’agriculture française. Cette pratique est en effet pressentie comme un moyen d’adapter les pratiques agricoles aux difficultés provoquées par le changement climatique. Cependant, il est d’abord nécessaire de revenir sur le parcours historique de l’agroforesterie avant de pouvoir analyser son rôle actuel. Ce texte a pour objectif de définir l’agroforesterie en la replaçant dans le contexte historique du parcours de l’arbre dans les paysages agricoles. L’arbre a longtemps tenu un rôle majeur dans les pratiques agricoles paysannes, avant d’être supprimé des paysages. Il est depuis peu reconsidéré comme un élément important des paysages agricoles et est réimplanté de façon encore marginale. Ce parcours historique est lié à l’évolution des préoccupations environnementales des politiques publiques et amène de multiples acteurs à se mobiliser pour sa diffusion. Ce développement m’amènera à présenter les questionnements qui guident ma thèse en cours de préparation au Centre Emile Durkheim (UMR 5116, CNRS, Sciences Po Bordeaux, Université de Bordeaux). 

L’agroforesterie, qu’est-ce que c’est ?

L’agroforesterie réside dans une association d’arbres et de cultures, les arbres fournissant des services écosystémiques, dont la production de bois ou de fruits. L’agroforesterie est représentée dans toutes les filières agricoles. Elle se décline selon une grande diversité de techniques : forêts pastorales, vergers pâturés et cultivés, haies brise-vent, haies de délimitation, rangées d’arbres intra-parcellaires, ripisylves,  bosquets et petits bois (forêt paysanne)… Historiquement, l’agriculture est agroforestière (Neerlich et al. 2013) : par exemple, les porcs ont longtemps pâturé en forêt depuis l’époque romaine. Ce système appelé Dehesa en Espagne est un des plus vieux en Europe (-4500). En Europe, le glanage accompagnait le pâturage des porcs en forêt. De même, le système des joualles, où les vignes poussent sur des arbres fruitiers, avec des cultures intercalaires entre les rangées d’arbres (Dupraz et al. 2005). Le bocage est le système agricole historique français, qui ne s’est perdu qu’avec le remembrement des années 1970 et 1980.

Illustration 1: détail d’une miniature de Jean Colombe (1430-1493): Les très riches heures du duc de Berry, Novembre, 1485-1486. Le tableau représente la glanée, scène paysanne traditionnelle où un porcher lance un bâton pour faire tomber les glands d’un bois de chênes où pâturent ses porcs.

Illustration 1: détail d’une miniature de Jean Colombe (1430-1493): Les très riches heures du duc de Berry, Novembre, 1485-1486. Le tableau représente la glanée, scène paysanne traditionnelle où un porcher lance un bâton pour faire tomber les glands d’un bois de chênes où pâturent ses porcs.

Illustrations 2 et 3: Mise en parallèle d’illustrations anciennes et récentes de systèmes agroforestiers. En haut: linéaires d’arbres en intra-parcellaire dans une culture maraîchère. En bas: système de joualles. Historiquement, les arbres étaient plantés en alternance avec les ceps au sein d’une rangée de vigne. Aujourd’hui, ce système n’est pas toujours reproduit à l’identique, il peut aussi être adapté avec une rangée d’arbres alternée tous les 5 ou 6 rangées de vignes, selon les besoins du viticulteur. Source : Dupraz C, Liagre F, 2019

Entre 5 et 20% des terres agricoles des zones tempérées sont sous couverts arborés, soit relativement peu par rapport à d’autres zones du monde. L’agriculture paysage sous couvert arboré est restée la norme pour une grande partie du globe, qui n’a pas connu la modernisation des pratiques agricoles. Par exemple, l’Afrique de l’Ouest constitue un lieu majeur de l’agroforesterie dans le monde avec plus de 45% des terres agricoles sous couvert arborés sur toute la côte. Cette agriculture se présente sous la forme de jardin-forêts ou d’agroforêts avec plusieurs strates de couverts arborés complémentaires les unes aux autres. 43% des terres agricoles dans le monde présentent un couvert arboré d’au moins 10%, soit plus d’un milliard d’hectares (Zomer et al. 2009).

Les avantages et les inconvénients de l’agroforesterie

L’agroforesterie présente d’importants avantages écologiques car elle préserve mieux les ressources naturelles que les pratiques intensives en apportant plus de diversité biologique dans les sols, elle apporte un habitat pour les animaux, favorise la biodiversité aérienne en accueillant des auxiliaires de cultures et les pollinisateurs (Bünger & Kölbach, 1995 ; Herzog & Oetmann, 1997) et favorise la connectivité des éco-systèmes : les insectes et petits animaux utilisent les arbres comme protection lors de leurs déplacements. Par ailleurs, les arbres coupent le vent et limitent l’érosion et la perte de nutriment dans les eaux (Schultz et al. 1994). Enfin, l‘agroforesterie favorise le stockage de carbone dans les sols et tamponne le microclimat sur les parcelles. Elle propose donc des solutions aux impacts négatifs des pratiques intensives et de la monoculture, qui génère la simplification des écosystèmes et le déclin de la fertilité des sols (Dupraz et al. 2005).

D’autre part, les arbres sont recherchés par les agriculteurs pour d’autres services que leurs avantages écologiques. Les éleveurs, en particulier, cherchent à améliorer le bien-être des animaux qui souffrent en cas de canicules ou de vent forts. L’arbre, s’il est cultivé, peut aussi apporter un complément alimentaire au bétail ou apporter un complément de revenu à l’agriculteur qui souhaite produire du bois de chauffage et dans certains cas, du bois d’œuvre ou des fruits.

Pour ces raisons, l’agroforesterie est considérée comme un modèle agricole alternatif par ceux qui la pratiquent, où l’arbre est un élément structurant d’un agro-écosystème, capable de rendre de nombreux services écosystémiques.

Malgré ces avantages, beaucoup d’agriculteurs hésitent à s’engager dans cette polyculture, alors que les pratiques intensives mettent l’accent sur la nécessité de hauts rendements agricoles. Aujourd’hui, mettre des arbres dans les champs signifie aller à l’encontre de la monoculture, et occuper de l’espace de surface cultivable. Les arbres sont vus comme un risque de perte de rendement (Dabbert, 1994 ; Rösler, 1996). Ils imposent de repenser le système d’une ferme (d’un modèle intensif à un modèle extensif) où cette perte de rendement sera compensée par les autres avantages apportés par les arbres, ce qui impose d’acquérir des compétences, et demande réflexion, notamment au sujet du risque d’augmentation du temps de travail, le tout sur une échéance longue et en l’absence de règlementation sur le statut des arbres.

La disparition des systèmes traditionnels d’agroforesterie en France

L’agroforesterie a pourtant longtemps été le modèle agricole en France. L’agriculture en forêt, puis la forêt paysanne et les bocages, étaient auparavant représentatifs de l’agriculture : des pratiques aujourd’hui considérées agroforestières. Cette image de l’agriculture avec des arbres s’est transformée après la Seconde guerre Mondiale, où une vision moderniste du progrès agricole se diffuse largement, dans le but d’accéder à l’autonomie alimentaire. La mécanisation permet d’augmenter rapidement la productivité du travail et des terres, et cette augmentation de la productivité alimente à son tour la mécanisation du secteur agricole (Chalmin & Mastel, 2009).

 L’objectif de la politique du remembrement, initiée en France en 1962 par Edgard Pisani, Ministre de l’Agriculture sous la Présidence De Gaulle, était d’agrandir les parcelles agricoles pour faciliter la mécanisation. Les bocages, pré-vergers et pré-bois, forêts paysannes, haies, ont été arrachés alors même qu’ils constituaient 30% du revenu agricole à l’hectare en 1992 (Liagre, 2008). Des talus, fossés, murets, mares et arbres isolés ont été supprimés. Les paysages et les systèmes de fermes se sont transformés; ces-dernières se sont spécialisées avec la mise sur le marché en parallèle des engrais et intrants chimiques (Takacs & Frank, 2009). Avec ces aménagements fonciers, la mécanisation, l’agrandissement des parcelles et la monoculture se sont généralisés.

Ces évolutions se sont accompagnées d’une spécialisation de plus en plus importante des pratiques, si bien que l’agriculture et la sylviculture sont devenues des disciplines séparées, tant au plan scientifique qu’au plan opérationnel. Avec le recul de la polyculture-élevage, dans de larges parcelles où prime la recherche du rendement, l’arbre est devenu une gêne pour l’agriculteur, tandis que l’agriculture et l’élevage sont devenus illégitimes en forêt.

L’agroforesterie revient aujourd’hui de manière encore marginale dans le paysage agricole, représentée à la fois par des techniques traditionnelles perdues avec la seconde révolution agricole, comme les forêts pastorales ou le bocage, et des techniques récentes comme les linéaires d’arbres intra-parcellaires.

Le développement de l’agroforesterie à l’aune de la montée des préoccupations environnementales contemporaines

Depuis plusieurs décennies, l’agriculture paysanne et plus récemment une part de l’agriculture intensive questionnent ces modes de production et de contrôle de la nature. On trouve des traces de ces remises en question dans les textes institutionnels.

Les travaux du Club de Rome soulignent les risques écologiques induits par la « surpopulation » et les « limites de la croissance » (Askolovitch, 2017). Dans les années 1970, les principales puissances européennes créent des ministères de l’Environnement et ratifient les premières conventions internationales. C’est le début d’un mouvement d’institutionnalisation de l’écologie, qualifié de processus d’écologisation. Avec ce processus, les pratiques en relation avec la nature sont repensées dans l’objectif de réduire l’empreinte écologique des activités humaines, et s’appuient sur de nouvelles valeurs (Ginelli, 2017). Ces nouvelles normes conduisent à reconnaitre à l’agriculture d’autres fonctions que la seule production de nourriture, comme l’entretien des paysages ruraux et des liens sociaux dans les paysages ruraux (Deuffic, Candau, 2006).

Les politiques agricoles européennes s’orientent désormais vers la promotion de pratiques plus écologiques, et s’appuient sur des règlementations précises, comme par exemple l’obligation du maintien des haies, bosquets et mares édictée par la PAC en 2015 (mesure 7 pour le maintien de Bonne Condition Agro Environnementale).

L’écologisation des politiques agricoles

L’agroforesterie est reconnue au niveau européen depuis 2007, en faisant l’objet d’une mesure spécifique du Second pilier de la Politique Agricole Commune (PAC). Le second pilier de la PAC inclu les mesures de soutien au changement de pratiques agricoles. La mesure 222 prévoyait d’aider la première installation de systèmes agroforestiers sur des terres agricoles. Cette première approche de l’agroforesterie dans les politiques publiques réduisait l’agroforesterie aux alignements d’arbres intra-parcellaires. Cette mesure a eu une forte audience car elle marquait la reconnaissance de l’agroforesterie dans la PAC, mais elle a été peu mobilisée en France. Depuis 2016, existent désormais dans le second pilier de la PAC la mesure 8.2 (pour le financement de l’intra-parcellaire) et la mesure 4.4 (pour le financement des haies). En France, les régions sont responsables de la gestion de ce budget européen depuis 2015. Elles définissent leur Programme de Développement Rural (PDR), et l’activation ou la non-activation des mesures de l’UE. 12 Régions sur 22 ont activé la mesure 8.2  et 20 régions ont activé la mesure 4.4 sur la période 2014-2020.

En France, l’agroforesterie fait partie des pratiques soutenues par le « Projet agroécologique pour la France« , lancé par Stéphane Le Foll en 2014. L’agroécologie, dans une définition très large, consiste en une approche systémique de l’agriculture. Dans le « Projet agroécologique pour la France », l’agroécologie est présentée comme un ensemble de pratiques agricoles qui permettent de « produire autrement » et font progresser les performances économiques, environnementales et sociales des systèmes de production agricoles. L’agroforesterie est l’objet du douzième point mis en avant dans la promotion de ces pratiques.  Dans la continuité de ce projet agroécologique, le Plan National de Développement de l’Agroforesterie a été lancé en 2015. Il vise à améliorer le cadre réglementaire de l’agroforesterie, en développer le conseil et la promotion, améliorer la valorisation économique des productions agroforestières, et à promouvoir l’agroforesterie à l’international.

Une multiplicité d’acteurs impliqués

Cette écologisation des politiques publiques va de pair avec l’idée que l’agriculture peut jouer un rôle crucial dans la sécurité alimentaire et l’adaptation au changement climatique. C’est pourquoi la question mobilise des acteurs de sphères et de disciplines distinctes: institutions internationales, champs scientifiques de l’agronomie, de la foresterie et des sciences humaines, agriculteurs. Cependant, avec la disparition des arbres des surfaces agricoles, forêt et agriculture sont devenus deux domaines de connaissance séparés (Reeg et al. 2008). L’agroforesterie se situe donc au croisement de plusieurs disciplines. Une nouvelle profession a vu le jour dans le milieu agricole, celle des techniciens conseillers en agroforesterie. Leur rôle est de former et de conseiller les agriculteurs qui souhaitent faire de l’agroforesterie en leur apportent des connaissances et les guident dans la réalisation de leur projet. Par exemple, ils conseillent le choix des essences d’arbres et leur futur emplacement. Ils assurent la médiation avec les autres acteurs du milieu de l’agroforesterie. De nombreux réseaux associatifs se sont en effet mis en place autour de l’agroforesterie, en particulier l’Association Française de l’Agroforesterie (AFAF), l’Association Française d’Arbres Champêtres et Agroforesterie (AFAC-Agroforesterie). Un Réseau Mixte technologique,  dispositifs de partenariat scientifique et technique mis en place et soutenu par le Ministère de l’Agriculture, a vu le jour: le RMT-AgroforesterieS, ainsi que le projet RÉUNIR-AF. Ce projet de mobilisation collective pour le développement rural vise à développer l’agroforesterie, par exemple par la création d’un Concours Général Agricole des pratiques agroécologiques-agroforesterie.

Questionnements de thèse

C’est dans ce contexte que je m’interroge, dans mon travail de thèse, sur la diffusion de cette pratique dans les campagnes françaises. L’arbre réémerge depuis peu dans le paysage agricole français par le biais des techniques agroforestières. Comment ces techniques sont-elles perçues et se diffusent-elles dans le milieu agricole néo-aquitain ?

L’agroforesterie implique de nombreux acteurs issus de sphères différentes, ce qui pose des questions de coordination. Le développement de l’agroforesterie passe par la communication entre ces acteurs, que je me propose d’aller interroger pour comprendre leur rôle dans la diffusion de l’agroforesterie. Il s’agit des agriculteurs, des enseignants-chercheurs, des techniciens, du monde associatif et des membres des décideurs publiques.

Les agriculteurs sont parfois en butte aux critiques des consommateurs par rapport à leurs pratiques dans les champs. Des premières visites de fermes, réalisées pour mon terrain de thèse, montrent que les fermiers et agriculteurs cherchent à renouer le lien avec les consommateurs : ils organisent des visites sur place et ont une réflexion sur le fonctionnement de la production et de la consommation alimentaire. Cela me conduit à inclure dans ma réflexion l’étude du rôle potentiel des consommateurs dans la diffusion des pratiques agroforestières.

Photographie 1 – © Juliette Porte
Photographie 2 – © Juliette Porte

Ces photos ont été prises lors d’une visite organisée par un couple de viticulteurs dans leur domaine viticole en agroforesterie, le 1er août 2020. Dans ce domaine, les demandes des clients sur la démarche et pour visiter étaient si nombreuses que le couple consacre maintenant un dimanche par mois à ces visites, qui sont ciblées sur les pratiques agroécologiques au sens large.

Pour réaliser cette analyse, je m’appuie sur un corpus d’entretiens réalisés auprès des acteurs concernés, sur des visites de fermes et sur l’analyse de la littérature existante sur le sujet.

Références bibliographiques

ASKOLOVITCH C, En 1970, le gouvernement français lançait des mesures pour l’environnement. Paris, Histoire et politique (France inter), 2017 [En ligne].
https://www.franceinter.fr/emissions/histoire-et-politique/histoire-et-politique-21-mai-
2017

CHALMIN A, MASTEL K, Moderne Agroforestry in Deutschland-Aspekte der landwirtschaftlichen Produkttion von Agrofortsystemen. In: Spiecker H et al. (ed) Neue Optionen für eine nachhaltige Landnutzing. Schlussbericht des Projektes agroforst, 2009.

DEN HERDER M, MORENO G, MOSQUERA-LOSADA R, Current extent and stratification of agroforestry in the European Union, Agriculture, Ecosystems & Environment, Volume 241, 1, 2017, p. 121-132.

DEUFFIC P., CANDAU J., Farming and Landscape Management: How French Farmers are Coping with the Ecologization of Their Activities, J Agric Environ Ethics, n°19, 2006, p. 563–585.
DUPRAZ C., BURGESS P., GAVALAND A.,   Synthesis of the sylvoarable agroforestry for Europe (SAFE) project. INRA-UMR System Editions, 2005, Montpellier, p. 254.

DUPRAZ C, LIAGRE F, Agroforesterie. Des arbres et des cultures, France Agricole, 2019 [2011], p. 31.

GINELLI L, Normer la chasse dans le Parc national des Calanques : entre gestion et tractations, In : Chasse, chasseurs et normes, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine 68 (2), 2017. [En ligne] https://doi.org/10.4000/books.msha.7762
LIAGRE F, Répondre à un double défi, intensifier la production grâce à l’agroforesterie. TCS (Techniques culturales simplifiées), n° 47, 2008, [En ligne].
https://www.agroof.net/agroof_ressources/presse_2008/tcs_47_agroforesterie.pdf
NAIR, An introduction to agroforestry, Luwer Academic Publishers, Dordrecht, 1993.

NERLICH K., GRAEFF-HÖNNINGER S., CLAUPEIN W., Agroforestry in Europe: a review of the disappearance of traditional systems and development of modern agroforestry practices, with emphasis on experiences in Germany, Agroforest Syst, 2013, 87, p. 475–492.

REEG T, MÖNDEL A, BRIX M, KONOLD W, Conservation in agricultural landscape-new options through modern agroforestry systems? Natur und Landschaft, 2008, 83, p. 261-266 (in German, English summary).

TAKACS V, FRANK N, The traditions, resources and potential of forest growing and multipurpose shelterbelts in Hungary. In: Rigueiro-Rodriguez A, McAdam J, Mosquera-Losado M (eds) Agroforestry in Europe: current status and future prospects. Springer Science + Business Media B. V., 2009, Dordrecht, p. 415-434.

ZOMER R. J, TRABUCCO A, COE R, PLACE F, Trees on farm: analysis of global extent and geographical patterns of agroforestry, ICRAF Working Paper – World Agroforestry Centre, 2009, n°89 p. 63.

séminaire Alimentation-Environnement

Présentation du séminaire co-organisé par Antoine Bernard de Raymond (INRAE/ GRETHA) et Delphine Thivet (Université de Bordeaux/ Centre Emile Durkheim) – avec le soutien du Département CHANGES de l’Université de Bordeaux

L’EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE DES SYSTÈMES ALIMENTAIRES

L’agriculture représente, après le pétrole, l’une des sources principales d’émissions de gaz à effet de serre et contribue directement au réchauffement climatique. Elle contribue plus généralement au changement environnemental, et notamment à la perte de biodiversité. Les activités agricoles s’inscrivent elles-mêmes dans des systèmes alimentaires, caractérisés par l’internationalisation des échanges et l’usage des produits agricoles par des industries de transformation et le secteur de la distribution. En effet, la plupart des consommatrices et consommateurs à l’échelle mondiale ne produisent pas de denrées et les obtiennent par le marché ou d’autres canaux de distribution. L’alimentation devient ainsi le principal moteur des pratiques agricoles. Comprendre la dynamique des pratiques agricoles et identifier des leviers de transformation et d’écologisation de ces pratiques implique donc de déplacer le regard des seules pratiques agricoles pour étudier l’organisation des marchés, en particulier à l’échelle internationale, ainsi que la structuration des régimes alimentaires.

Il s’agit donc d’étudier le changement environnemental à partir de la question alimentaire. Ce constat invite à développer des approches interdisciplinaires, permettant de saisir à la fois la dynamique des modèles alimentaires, l’organisation socioéconomique des marchés et filières, les pratiques agricoles et leur empreinte environnementale. En outre, au-delà des pratiques agricoles, les systèmes alimentaires peuvent eux-mêmes être émetteurs de gaz à effets de serre ou vecteurs de pollution : transport, transformation et conservation des produits, etc. La connexion entre alimentation et environnement peut donc s’opérer sur de vastes échelles géographiques et par ailleurs impliquer des activités diversifiées (transport, logistique, transformation, distribution, marketing, etc.).

Ce séminaire aborde de front les questions de changement climatique et de changement environnemental qui représentent des problèmes globaux de première importance à l’heure actuelle. Il se saisit de ces questions à travers l’un des principaux moteurs du changement global, l’agriculture et l’alimentation.

Il promeut une approche par les systèmes alimentaires plutôt que par les seules pratiques agricoles. Ceci permet de dépasser les apories d’une recherche de transformations qui envisagerait seulement le lieu de l’exploitation ou de l’entreprise agricole. Très souvent les pratiques agricoles sont conçues en fonction d’attentes définies par l’aval des marchés agricoles (coopératives, transformateurs, distributeurs, consommateurs) et peuvent porter aussi bien sur les quantités, les prix, que la qualité des produits ou les processus de production. Prendre en compte la complexité de ces relations et les rapports de force en résultant, permet de construire une approche réaliste des leviers de changements en vue de l’écologisation des pratiques agricoles.

Le séminaire est construit sur une approche interdisciplinaire et mise sur la complémentarité et les synergies entre disciplines. Par exemple, les sciences sociales ont peu de données permettant de mettre en équivalence les formes d’organisation des marchés, les pratiques alimentaires qu’elles étudient avec l’usage de ressources primaires ainsi que leurs conséquences pour l’environnement. A l’inverse, les travaux en agronomie peuvent avoir des difficultés à intégrer des questions telles que la régulation des marchés, les rapports sociaux ou la dimension culturelle de l’alimentation. Ce séminaire vise ainsi à élaborer des problématiques, des méthodologies d’enquête ainsi que des données qui puissent être partagées ou articulées entre ces différentes disciplines.

Enfin, à un niveau épistémologique, il s’agit pour les sciences sociales de renouveler leurs modèles par la prise en compte des structures matérielles de la société (ressources primaires, infrastructures de transport et de communication, etc.) et de la manière dont les transformations globales de ces structures affectent le fonctionnement des sociétés.

PROGRAMME DES SEANCES

Lieu : sous réserve de l’évolution du contexte sanitaire, Bordeaux Sciences Agro, en salle GIAF 1 (Bât. Saint-Emilion).

Séance 1 (4 février 2021, 14 h-17 h )

Pietro Barbieri (BSA/ISPA), Antoine Bernard de Raymond (INRAE/GRETHA), Thomas Nesme (BSA/ISPA) : « Echanges agricoles internationaux et usage des ressources en phosphore »

Caroline Dufy (Sciences Po Bordeaux/ Centre Emile Durkheim) : « Les politiques de sécurité alimentaire en Russie »

Bernard Calas (Université Bordeaux-Montaigne/ Les Afriques dans le Monde) : « De la rose au charbon de bois, un itinéraire de recherche vers le nexus Alimentation/environnement »

 Séance 2 (4 mai, de 9h30 à 12h30) : Regards croisés sur l’écologisation de l’agriculture

Léa Lecomte (INRAE/GREThA) présentera les travaux d’une équipe d’économistes sur « Les attentes du consommateur: les apports de l’économie expérimentale »

Daniele Inda Andrio (Université de Bordeaux/Centre Emile Durkheim) présentera l’enquête collective du projet TRANSAGRINA sur « les trajectoires d’écologisation des pratiques agricoles en Nouvelle-Aquitaine »

 Séance 3 (8 juin, de 9h30 à 12h30) : Les systèmes alimentaires face à la crise sanitaire (Covid-19)

Nathalie Corade (Bordeaux Sciences Agro) et Bernard Del’Homme (Bordeaux Sciences Agro) présenteront une communication intitulée « Sécurité et résilience Alimentaire en Nouvelle Aquitaine : Un programme de recherche régional  pour un réseau multi-acteurs au service de systèmes alimentaires territoriaux durables »

Antoine Bernard de Raymond (INRAE/GRETha) présentera le programme de recherche « Crise sanitaire et crise alimentaire – Insécurité alimentaire et solidarité pendant la pandémie de Covid-19 »