Assemblee generale de la FédéCuma640, 5 février 2021

L’Assemblée Générale de la Fédération des Cuma 640, partenaire du programme TRANSAGRINA, s’est tenue sous forme de Webinaire, le vendredi 5 février de 10 h à 12 h 30.

http://www.bearn-landes-paysbasque.cuma.fr/actualites/deroulement-de-lassemblee-generale-de-la-fedecuma640-en-numerique

Marion Charbonneau (Université de Pau et des Pays de l’Adour, UMR TREE Transitions Énergétiques et Environnementales) et Delphine Thivet (Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim) sont intervenues à cette occasion autour de la thématique suivante : Les collectifs CUMA acteurs des grands changements globaux.


	

ATELIER D’HISTOIRE ET DE SOCIOLOGIE RURALES, ehess

Dans le prolongement des séances organisées depuis sept ans (2013-2020) à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS, Paris), l’atelier poursuit en 2020-2021 des discussions approfondies portant sur des textes identifiés comme significatifs ou qui font le point sur les évolutions passées et récentes des sciences sociales (histoire et sociologie en particulier, mais aussi anthropologie, science politique, géographie) – tant françaises qu’internationales – appliquées aux mondes ruraux. Il s’agit de continuer à s’interroger – dans la mesure du possible en présence de leurs auteurs et autrices – sur l’actualité de ces textes et de réfléchir à la manière dont leurs problématiques, cadres d’analyses et méthodes peuvent être ou non réinvestis et/ou renouvelés dans des travaux de recherche contemporains portant sur la paysannerie, les mondes agricoles et ruraux plus généralement. Chaque séance associe l’intervention d’un chercheur ou d’une chercheuse et la présentation d’un choix de textes, d’articles ou d’extraits, suivie d’une discussion collective.

Organisation :

Stéphanie Barral (INRAE, LISIS), Sylvain Brunier (CNRS, Centre de Sociologie des Organisations), Benoît Leroux (Université de Poitiers, GRESCO), Niccolò Mignemi (CNRS, LIED), Edouard Morena (University of London Institute, Paris), Jeanne Oui (EHESS, Centre Alexandre Koyré) et Delphine Thivet (Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim)

Programme du séminaire pour l’année 2020-2021 :

https://enseignements.ehess.fr/2020-2021/ue/757

Les mondes agricoles face au problème des pesticides (Vertigo)

Appel à articles : Les mondes agricoles face au problème des pesticides. Pollutions, alternatives et négociations

Coordination du numéro pour la revue VertigO :

Carole Barthélémy (Université Aix-Marseille Université, Laboratoire Population Environnement Développement, Marseille), Eve Bureau-Point (CNRS, Centre Norbert Elias, Marseille), Elise Demeulenaere (CNRS, Centre Alexandre Koyré), Dimi Theodore Doudou (Université Alassane Ouattara/CRD/L-SNH), Delphine Thivet (Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim). 

https://journals.openedition.org/vertigo/28600

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les pesticides sont devenus la pierre angulaire d’un modèle agricole basé sur l’utilisation croissante d’intrants issus de l’industrie chimique. Majoritairement considérées comme une avancée révolutionnaire pour protéger les cultures, améliorer les rendements agricoles et répondre aux besoins alimentaires d’une population mondiale grandissante, ces substances se sont progressivement diffusées aux quatre coins du monde. Le régime chimique s’impose partout (Jas 2014). Leur marché n’a cessé de croître malgré le développement d’alternatives à la chimie de synthèse entreprises dès les années 1960 (dans le cadre du développement de l’« agriculture biologique » ou de la « lutte intégrée »). Avec la multiplication d’alertes concernant leurs effets incontrôlés (épuisement des sols, perte de biodiversité, résistances aux molécules nécessitant des achats croissants de pesticides, atteintes à la santé humaine, animale et environnementale) et la structuration de collectifs et dispositifs pour y remédier (Jouzel et Prete, 2015), les pesticides se construisent par endroits en « problème public » (Cefaï, 1998) depuis environ deux décennies (Chateauraynaud et Debaz, 2017), malgré des mécanismes d’invisibilisation de certains savoirs préoccupants (Jouzel, 2019). Les modes de production agricole et de consommation alimentaire sont dès lors réinterrogés, dans des formes et à des degrés variables. La question des « alternatives » est posée plus largement pour penser un modèle plus durable, plus respectueux du monde vivant. À partir des années 1990, en France et plus largement en Europe, la question de l’environnement s’est progressivement substituée à l’impératif de modernisation de l’agriculture (Jollivet, 2009). Les travaux des sociologues de l’agriculture, étudiant ces contextes, se sont penchés sur l’émergence d’une « culture de l’environnement » (Rémy 1998; voir une synthèse bibliographique sur ce thème dans Mundler, 2009), notant parfois un rejet par les agriculteurs des mesures écologiques, suspectées d’être imposées par en haut et de poser de nouvelles contraintes dans un univers déjà fortement contraint. D’autres ont analysé le processus d’intégration croissante d’objectifs environnementaux dans les politiques agricoles (Mormont, 1996; Deverre et Sainte-Marie, 2007), et ont proposé des cadres analytiques pour en évaluer les effets, s’appuyant par exemple sur le modèle de Hill et McRae (1995) distinguant trois stratégies de réduction de l’usage des pesticides impliquant des changements plus ou moins substantiels : l’amélioration de l’efficacité des traitements, le remplacement par des substituts, le redesign complet du modèle agricole (modèle dit « ESR », pour Efficiency, Substitution, Redesign). La question des transformations effectives des pratiques agricoles a suscité beaucoup d’intérêt, et a donné parfois lieu à des analyses dichotomiques un peu trop simples et normatives, opposant ajustements à la marge du modèle industriel (classiquement dénoncé sous le terme de « verdissement ») et réorganisations radicales de la production sur des bases écologiques (« écologisation ») (Mzoughi et Napoléone, 2013). La transition vers un modèle agricole plus écologique a été analysée sous l’angle de la complexité des interactions entre agriculteurs et autres acteurs du milieu rural et agricole occultant parfois le caractère quelque peu téléologique du terme « transition », ainsi que les transformations plus larges qu’occasionne le changement des pratiques (Cardona, 2012; Lamine, 2017). La situation est fort différente dans les pays en développement, où l’intégration croissante des petites paysanneries aux marchés agricoles globaux n’a pas remis en question les pratiques productivistes largement consommatrices d’intrants chimiques, au contraire. Cela n’a pas empêché une prise de conscience des risques liés aux pesticides, et le déploiement de politiques de réduction et de contrôle des pesticides, qui demeurent cependant difficiles à mettre en œuvre tant le marché se développe plus vite et parfois de façon disproportionnée par rapport à la régulation étatique, et par rapport aux rares accompagnements relatifs à l’utilisation de ces substances (Bureau-Point, 2021).

Dans ce numéro thématique, nous souhaitons interroger les significations concrètes du « problème » des pesticides à l’échelle des agriculteurs et agricultrices, et plus largement au sein du monde agricole. Les travaux empiriques en sciences humaines et sociales jouent un rôle important pour accéder aux « textes cachés » des agriculteurs-trices, qui ne livrent pas facilement leurs opinions à découvert (Scott 1992), souvent occultés par le discours dominant de leurs représentants économiques et politiques. Ils permettent une compréhension fine des mécanismes qui concourent aux changements de pratiques, ou au contraire à leur absence. Les contributions proposées pourront ainsi s’inscrire dans une démarche compréhensive qui vise à rendre compte des logiques des agriculteurs et agricultrices confrontés au problème des pesticides. Elles pourront aussi prendre en compte l’« agencéité » (Sen, 2000) tant des acteurs sociaux, que de toutes les entités du monde matériel qui les entourent (Latour, 2014). Elles pourront mettre en lumière également les négociations du changement qui se jouent au sein du maillage d’acteurs et d’objets dans lequel ils sont insérés, où circulent des idées, des valeurs, des normes sans cesse renouvelées. Pour aller plus loin, on pourra s’attacher à comprendre ce que les évolutions de pratiques dans un espace qui touche tant la sphère professionnelle que personnelle entraîne de reconfigurations plus larges. Cette thématique n’est pas nouvelle au sein de la sociologie rurale : le changement social lié à l’évolution des pratiques agricoles est en effet une composante essentielle de ce champ de recherche, notamment depuis les travaux d’Henri Mendras (1992), Jean-Paul Darré et ses co-auteurs concernant les aspects techniques et de mise en réseau des savoirs (Darré, Le Guen, et Lemery 1989) ou Pierre Alphandéry et Jean-Paul Billaud pour les questions environnementales (Alphandéry et Billaud, 2009). Elle se trouve réactualisée à travers la problématique des pesticides, avec plusieurs spécificités : il ne s’agit pas ici d’un changement impulsé par l’adoption d’une innovation technique, mais plutôt par son retrait (Goulet et Vinck, 2012), ce qui suppose une série de détachements. Par ailleurs, les pesticides font de plus en plus l’objet d’une opération de requalification, qui les fait passer du statut d’agent de la modernisation agricole à celui de polluant voire d’agent toxique pour ceux qui les manipulent et les consomment : présents depuis longtemps dans le quotidien des agriculteurs et de ce fait, banalisés, mais associés de manière croissante au danger d’empoisonnement, ils portent par conséquent une certaine ambivalence. Cette dernière se décline sur les agriculteurs, qui passent successivement du statut de nourriciers, au statut de pollueurs, et parfois, de victimes de pesticides (Jouzel et Prete, 2015). Enfin, les risques associés aux pesticides sont liés à des pollutions diffuses ; il subsiste en outre des incertitudes scientifiques fortes quant à leurs effets (effets des faibles doses, effets cocktails, risques liés aux expositions multiples sur la longue durée…) ; ils sont invisibles à l’œil nu : le changement des pratiques doit dès lors passer par la production de connaissances nouvelles, parfois localisées, ainsi que des dispositifs de mise en visibilité.

Ce numéro envisage d’illustrer de manière large et empirique la variabilité des discours, des affects, des imaginaires associés aux expériences des pesticides, dans des contextes diversement marqués par des incitations voire des injonctions au changement. Les agriculteurs, et ceux qui les côtoient dans la sphère personnelle ou professionnelle (famille, riverains, consommateurs, conseillers agricoles, commerciaux, chercheurs) adaptent leurs discours et leurs pratiques en tenant compte des impératifs règlementaires, économiques, écologiques et sanitaires. Les contributions attendues dans ce numéro illustreront les jeux d’acteurs, les superpositions de contraintes et de savoirs, les conflits de valeurs qui nourrissent ou minimisent le problème des pesticides. Si certains pays optent pour des actes politiques forts, en interdisant par exemple le glyphosate, comment cela se traduit-il en pratiques chez les agriculteurs-trices ? Alors que les politiques de réduction des pesticides sont bien souvent en échec et illustrent des changements lents, les contributions de ce numéro viendront questionner le changement entre négociations, conflits et compromis dans divers domaines (viticulture, agriculture urbaine…), différents contextes (Europe, Asie, Afrique…) et de fait, à partir de différentes orientations théoriques des sciences humaines et sociales.

Ce numéro thématique mettra aussi l’accent sur les micro-transformations, peu visibles, qui se produisent à l’échelle locale des agriculteurs et agricultrices, qui même s’ils-elles ne permettent pas d’infléchir les tendances, initient des reconfigurations. En effet, des transformations fines et profondes émergent à des échelles circonstanciées qui échappent aux logiques d’évaluation quantitatives et normées, et les sciences humaines et sociales jouent un rôle important à ce niveau pour les mettre en lumière.

Une autre réflexion sera centrale aux contributions de ce numéro : celle de l’articulation entre sciences humaines et sociales (SHS) et société. Dans la suite de travaux qui se sont penchés sur l’impact des sciences dans les mondes agricoles (Hervieu et Hubert, 2009), les contributions pourront aborder le rôle spécifique des SHS, ainsi que les rapports entre ces disciplines et le politique. De quelle manière les chercheur.se.s en sciences humaines et sociales. De quelle manière les chercheur.se.s en sciences humaines et sociales, lorsqu’ils-elles rendent compte des modes d’existence des pesticides au sein des mondes agricoles, participent-ils-elles à la mise en visibilité du problème des pesticides, voire à la production de pistes de résolution ? Entre des démarches en accompagnement des politiques publiques et des démarches militantes dénonçant l’agrochimie capitaliste et ses relais, on trouve une diversité de figures. Recherche fondamentale, recherche-action (Learn et al., 2000), recherches participatives, collaborations art-science, sont autant de formats de recherche pouvant être animés par le souci d’optimiser l’impact dans la société. Ce numéro souhaite ainsi rendre compte d’une diversité de postures méthodologiques et épistémologiques qui facilitent plus ou moins le passage en politique des savoirs en SHS sur les pesticides.

Echéancier : 

1er avril 2021 : Date limite pour l’envoi d’une proposition d’article comprenant un titre et un résumé de 600 mots maximum.

1er mai 2021 : avis aux auteurs quant à l’acceptation ou au refus de leur proposition.

1er juillet 2021 : date limite pour l’envoi d’un texte complet respectant les conditions éditoriales précisées sur le site de la revue à l’adresse suivante : http://vertigo.revues.org 

Évaluation du texte par un comité de lecture – réponse définitive de la revue au plus tard fin novembre 2021 avec grille d’évaluation des évaluateurs.

Novembre– décembre 2021 : réception des textes révisés.Décembre 2021 : mise en ligne du numéro.

Soumission des propositions : 

Les propositions et manuscrits (avec résumé, texte complet, figures, tables et bibliographie) doivent être soumis par courrier électronique à Jessica Onitsoa Andriamasinoro (rédactrice en chef adjointe [VertigO]) à l’adresse courriel suivante : redacteur.adjoint@editionsvertigo.org

La soumission doit être bien identifiée au nom du dossier : « Les mondes agricoles face au problème des pesticides. Pollutions, alternatives et négociations ».

Pour soumettre un texte, prière de consulter les politiques de publication de la revue disponibles à l’adresse suivante : http://vertigo.revues.org 

Innovations in Agri-food Systems – International Trends (Journal of Innovation Economics & Management, 34, 1, 2021)

Special issue guest editors: Véronique Saint-Ges (INRAE, UMR SADAPT), Corinne Tanguy (AgroSup Dijon, UMR CESAER) & Delphine Thivet (Université de Bordeaux, UMR Centre Emile Durkheim), « Innovations in Agri-food Systems – International Trends », Journal of Innovation Economics & Management, vol. 34, n°1, 2021, pp. 1-5.

URL : https://www-cairn-info.docelec.u-bordeaux.fr/revue-journal-of-innovation-economics-2021-1-page-1.htm

Contributions by: 

Stéphane Fournier, Blandine Arvis, Fanny Michaud, « Innovation in Origin-Protected Localized Agri-Food Systems: Are Individual Initiatives Always to Blame? Case Studies in Mongolia and Peru »

Casimir Gboko Kouamé , François Ruf, et Guy Faure, « Orchestrating a Multi-Stakeholder Supply Chain Network: The Case of Exporters in Cocoa Certification in Cote d’Ivoire »

Georgia Hadjipavlou, Irene Tzouramani, Christina Ligda, « Impact of Diverse Technical and Economic Factors on Sustainable Farmer Market Choices: The Case of Cyprus Sheep and Goat Milk Channel Choice »

Miltiadis Christopoulos, Georgia Ouzounidou, « Climate Change Effects on the Perceived and Nutritional Quality of Fruit and Vegetables »

Les systèmes agroalimentaires irrigués par l’innovation (Innovations, 64, 1, 2021)

Numéro spécial coordonné par Véronique Saint-Ges (INRAE, UMR SADAPT), Corinne Tanguy (AgroSup Dijon, UMR CESAER) et Delphine Thivet (Université de Bordeaux, UMR Centre Emile Durkheim), « Les systèmes agroalimentaires irrigués par l’innovation », Innovations, vol. 64, n°1, 2021, pp. 5-13.

URL : https://www-cairn-info.docelec.u-bordeaux.fr/revue-innovations-2021-1-page-5.htm

Avec les contributions de :

Julie Lequin, « Défis et enjeux des coordinations dans les systèmes alimentaires du milieu (SYAM). Une analyse par la sociologie de la traduction »

Yuna Chiffoleau, et al., « Quand l’innovation sociale réoriente l’innovation technologique dans les systèmes agroalimentaires : le cas des chaînes locales autour des blés »

Matthieu Duboys De Labarre et Jean-Loup Lecoeur, « Circuits courts, relocalisation et changement social : l’exemple d’un marché de producteurs dans la Drôme »

Véronique Saint-Ges, « Business models des organisations marchandes et productives de l’agriculture urbaine »

Sophie Reboud, Sonia Lequin et Corinne Tanguy, « Digitalisation des PME de l’agroalimentaire : vers une évolution des modèles d’affaires et des processus d’innovation »