François-Xavier COTE ET AL., La transition agro-écologique des agricultures du Sud (QUAE, 2019)

Recension de l’ouvrage de François-Xavier COTE, Emmanuelle POIRIER-MAGONA, Sylvain PERRET, Bruno RAPIDEL, Philippe ROUDIER, Marie-Cécile THIRION (dir.), La transition agro-écologique des agricultures du Sud, Agricultures et défis du monde, Versailles, Éditions Quæ, 2019, 371 p.

Cette recension par Delphine Thivet (Centre Emile Durkheim, Université de Bordeaux) a été publiée dans Innovations, n° 64, 2021, p. 237-240.

https://www.cairn.info/revue-innovations-2021-1-page-237.htm

Issu de travaux de recherche et d’expérimentations conduits pendant plus de vingt ans par le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) et l’Agence française de développement (AFD) notamment en Afrique, Asie du Sud-Est, Amérique Latine et dans les Caraïbes, cet ouvrage collectif sous la direction de François-Xavier Côte, Emmanuelle Poirier-Magona, Sylvain Perret, Bruno Rapidel, Philippe Roudier et Marie-Cécile Thirion, rassemble et fait dialoguer les contributions de plus d’une centaine d’auteurs et d’autrices autour de la transition agroécologique des agricultures du Sud. Organisé en deux parties, il déploie d’abord neuf études de cas : les systèmes de polyculture-élevage en zone cotonnière au Burkina Faso (Ch.1) ; les cultures vivrières à Madagascar (Ch.2) ; la cacao-culture en système agroforestier en Afrique subsaharienne (Ch.3) ; les filets pour protéger les cultures maraîchères des bioagresseurs en Afrique (Ch.4) ; la transition agro-écologique au Laos (Ch.5) ; les systèmes de cultures de bananiers pour la réduction de l’utilisation de pesticides aux Antilles françaises (Ch.6) ; les systèmes horticoles agro-écologiques à la Réunion (Ch.7) ; les systèmes agroforestiers à base de caféiers en Amérique centrale (Ch.8) ; le développement de variétés de caféiers adaptées à ces systèmes (Ch.9). Il se centre ensuite dans la seconde partie sur des études thématiques (Ch.10 à 17) : articulation entre transition agroécologique et transition des systèmes alimentaires, place de la recherche dans l’innovation agroécologique, caractère multidimensionnel de la durabilité, potentialité de l’agroécologie en termes d’adaptation et d’atténuation face au changement climatique, dispositifs collaboratifs, nouvelles dynamiques marchandes fondées sur la relocalisation des systèmes productifs, inscription du processus de transition agroécologique dans les territoires, importance des politiques publiques d’appui à l’agroécologie. Le dernier chapitre intitulé « Transition agro-écologique des agricultures des pays du Sud : retours d’expériences et perspectives » fait la synthèse des chapitres précédents et propose « des pistes pour mieux accompagner, étendre et accélérer ce processus central qu’est la « transition agro-écologique » (p. 336).

L’intérêt de l’ouvrage réside dans l’éclairage de la diversité des enjeux entourant les agricultures du Sud aujourd’hui. Ces dernières, tout comme celles des pays du Nord, se trouvent confrontées de manière croissante à de multiples « impasses » socio-économiques et environnementales. Au fil des contributions, se dessine en effet une agriculture sans avenir : « piège du tout chimique » dans lequel se trouvent pris les maraîchers africains et qui a engendré maintes résistances des ravageurs (Ch.4, p. 76), « dégâts » (Ch.5, p. 89) du système agricole hérité de la Révolution verte sur les ressources naturelles mais aussi sur des communautés agricoles vulnérabilisées (accroissement des inégalités, endettement…) au Laos, pollution au chlordécone dans les monocultures de bananes Cavendish aux Antilles françaises (Ch.6, p. 109), ou encore « impasses de l’agrochimie » dans les systèmes de cultures fruitiers et maraîchers réunionnais (Ch.7, p. 134). Tout comme les agriculteurs du Nord, les agriculteurs du Sud – tels les cultivateurs de café Arabica très sensible à la hausse des températures (Ch.8) – doivent en outre s’adapter aux aléas et dérèglements climatiques qui menacent leurs systèmes de production. Au Nord comme au Sud, se pose donc la question des conditions de mise en œuvre de « systèmes agricoles et alimentaires plus durables » (p. 3) comme l’appelle de ses vœux José Graziano da Silva, ancien Directeur général Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) qui signe la Préface de l’ouvrage.

Les auteurs du chapitre 18 rappellent toutefois les défis spécifiques et communs que connaissent les pays du Sud par-delà la « diversité infinie » de leurs agricultures (p. 338) : une « croissance démographique », une « urbanisation rapide », des « marchés mondialisés » et des « structures macroéconomiques toujours dominées par les secteurs primaires et informels » (p. 335). S’y ajoutent des contextes politiques plus défavorables liés en particulier au « désengagement des États des secteurs agricoles et ruraux », aux « asymétries fortes » entre acteurs de l’agroalimentaire mondialisés et producteurs, ou encore à l’« insuffisance de biens publics de qualité, en particulier dans les domaines des infrastructures et des services » (ibid. ; Ch.10, p. 189). Les contributions de l’ouvrage nous plongent précisément dans l’exploration des innovations agroécologiques à la lumière de ces spécificités. L’analyse de ces innovations porte plus particulièrement sur leur nature technique (systèmes de culture alternatifs), organisationnelle (plateforme d’innovation, dispositif territorial, « innovation collaborative »), économique (actions sur les marchés ou les filières) ou institutionnelle (normes, discours, instruments de politique publique…), sur l’échelle de leur réalisation (parcelle, ferme, filière, territoire, pays), sur les types d’acteurs (producteurs, acteurs de l’amont et de l’aval filières, collectivités locales, consommateurs, chercheurs, acteurs du développement, etc.) qui participent à leur mise en œuvre.

Au fil de leurs chapitres respectifs, les auteurs de cet ouvrage mettent en évidence la complexité du processus d’écologisation agricole. Si l’agroécologie mobilise certes de nouvelles techniques – parmi elles, « la mobilisation des fonctionnalités des agro-systèmes, l’optimisation des processus naturels, la gestion sobre des ressources » (Introduction, p. 11) lesquelles se déclinent elles-mêmes en agriculture biologique, agriculture de conservation, agroforesterie, intensification écologique, etc. – elle est loin de s’y réduire. Plus largement, elle repose sur une « autre logique d’innovation » qui prend ses distances avec « une logique prescriptive ‘descendante’ du changement technique, basée sur la mise en œuvre de paquets techniques standardisés », à savoir « une logique d’innovation soutenue par un réseau d’acteurs divers, dont les producteurs eux-mêmes, et basée sur l’analyse des contextes et des besoins locaux, le développement à l’échelle de territoires des solutions biologiques, techniques et institutionnelles les plus adaptées » (ibid., pp. 11-12). Par conséquent, le propre des innovations agroécologiques est de ne pouvoir renvoyer ni à un « modèle » ni à une trajectoire « unique » (Ch.18, p. 338), mais bien plutôt de faire l’objet d’appropriations, de déclinaisons et d’usages pluriels (Ch.15, p. 295 ; Ch.10, p. 186) par une diversité d’acteurs sociaux à plusieurs échelles.

La complexité du processus d’innovation agroécologique réside en outre dans ses temporalités contradictoires. « Long et sinueux » est en effet le chemin entre, d’une part, l’élaboration de savoirs scientifiques écologiques et d’autre part « leur traduction dans des systèmes techniques réels observables à grande échelle » (Ch.11, pp. 217-218). Plusieurs contributions de l’ouvrage soulignent également les « temporalités contrastées » entre d’une part, le « temps long des apprentissages, de la construction du capital social et humain et de l’expression tangible de résultats », qui parfois excède une décennie, d’autre part, le « temps court » des agriculteurs et autres acteurs en attente de rendements rapides et de performance économique (Ch.18, p. 343).

Enfin, l’ouvrage évoque de manière intéressante les « antagonismes » et « synergies » pouvant exister, face au « fardeau de la pauvreté » de nombreux pays du Sud, entre les trois dimensions, sociale, environnementale et économique, de la durabilité, laquelle est-il rappelé ne peut être mesurée « de manière absolue » (Ch.12, p. 223). Ces tensions ou compromis « entre indicateurs environnementaux et économiques » (ibid.) auraient toutefois pu être davantage détaillés dans chacun des chapitres. Quoi qu’il en soit, l’ouvrage permet d’ouvrir des pistes de réflexion intéressantes sur les modes d’évaluation des services rendus par des systèmes agricoles écologiques (au-delà de la performance strictement économique) et sur la définition de l’« échelle de temps et d’espace » pertinente à prendre en compte dans ces derniers (ibid., p. 227 ; Ch.18, p. 347). De même, les mentions aux rapports de pouvoir, asymétries, inégalités des acteurs, qui ponctuent ici et là l’ouvrage sans être approfondis (Ch.5, p. 92 ; Ch.9, p. 76 ; Ch.13, p. 253 ; Ch.17, p. 330) rappellent toutefois à bon escient toute l’importance de prendre en compte les « dimensions politiques de la transition agroécologique » (Ch.18, p. 337), notamment le rôle crucial de la société civile (consommateurs, mouvements sociaux) et de l’action publique nationale et internationale pour impulser et accompagner une transformation des systèmes agricoles et alimentaires.

FREDERIC GOULET, Faire science à part (PRESSES uNIVERSITAIRES DE lIEGE, 2019)

Frédéric Goulet, Faire science à part. Politiques d’inclusion sociale et agriculture familiale en Argentine, Liège : Presses Universitaires de Liège, coll. « Sciences et Technologies en Société », 2019

Cette recension par Daniele Inda (Centre Emile Durkheim, Université de Bordeaux) a été publiée dans la Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 14, n°4, 2020. URL: http://journals.openedition.org/rac/14118

Au cours des dernières décennies, les pouvoirs publics de nombreux pays ont manifesté une tendance croissante à la mise en œuvre de politiques visant à promouvoir le développement d’activités scientifiques orientées vers la résolution de problèmes d’intérêt général. Dans bien de cas, cela s’est traduit par la définition d’une liste de problématiques structurées autour de grands défis, ainsi que par la mise en place de systèmes de financement basés sur des appels à projets fléchés.

L’ouvrage de Frédéric Goulet vise à contribuer à la compréhension de ces « formes contemporaines d’articulation entre science, politique et société » (p. 10), à partir d’une étude de cas portant sur l’émergence de la notion d’agriculture familiale en Argentine, à la fois comme catégorie d’action publique et comme catégorie d’organisation du champ de la recherche agronomique. Au cours des années 2000, en effet, l’État argentin a déployé des politiques de soutien à la « petite agriculture familiale », qui ont été suivies par l’émergence de collectifs de travail dédiés au sein des organismes de recherche.

Dans le sillage des travaux de Sheyla Jasanoff (Jasanoff, 2004), l’auteur invite à analyser ces processus à l’aune d’une approche attentive aux « dynamiques de co-production entre les ordres sociaux et technoscientifiques » (p. 13), qui dépasse la vision polarisée des relations entre science, politique et société. Il se propose ainsi de montrer que les processus liés à l’émergence de la notion d’agriculture familiale relèvent de la rencontre entre deux dynamiques imbriquées, l’une relative au champ politique, l’autre interne au champ scientifique. La première renvoie à l’émergence de formes de prise en charge séparée des populations vulnérables (dont les agriculteurs familiaux), afin de les émanciper des formes de domination qu’ils subissent. La deuxième dynamique renvoie à la constitution de collectifs de travail différencié au sein des organismes de recherche, en vue de l’émancipation d’acteurs et d’approches auparavant marginalisés au sein de ces institutions (p. 20). Pour l’auteur, il s’agit donc de montrer que ces processus ne découlent pas l’un de l’autre, mais reposent « sur une logique transversale de contestation et de démarcation d’un ordre existant » (p. 20) perçu comme injuste.

L’accent posé sur la contestation de l’existant nous amène à la deuxième hypothèse défendue par l’auteur. Dans le prolongement de ses travaux antérieurs (Goulet & Vinck, 2012), Frédéric Goulet vise à montrer que la construction d’un « nouvel ordre politique et scientifique » repose largement « sur la déconstruction d’ordres précédents » (p. 21) et que, de ce fait, « la dimension critique et l’objectif d’émancipation » (p. 22) constituent des ressorts puissants de l’innovation.

L’analyse repose sur une enquête de terrain qui a été menée, en Argentine, entre 2014 et 2016. Les données mobilisées sont issues d’entretiens réalisés auprès d’une pluralité d’acteurs (agents des organismes de recherche, fonctionnaires ministériels, responsables de syndicats étudiants, etc.), de l’observation ethnographique d’événements consacrés à l’agriculture familiale, de l’analyse de documents institutionnels ou promotionnels sur le sujet, ainsi que de l’observation participante des débats internes à l’Institut National des Technologies Agricoles (INTA).

Le livre est structuré en trois parties. La première d’entre elles retrace la genèse de la notion d’agriculture familiale comme catégorie d’action publique, en la replaçant dans le contexte socio-historique au sein duquel elle s’inscrit : celui des gouvernements péronistes de Néstor et Cristina Kirchner (2003-2015). Ces derniers ont été porteurs d’un projet politique (dit Projet National et Populaire) construit en rupture avec les politiques menées par la junte militaire (1976-1983) et par les gouvernements néo-libéraux des années 1990. Ce projet vise ainsi la restauration d’un État fort, qui puisse défendre la souveraineté nationale face aux intérêts étrangers, orienter le développement économique du pays et garantir une redistribution des richesses en faveur des couches les plus démunies de la population.

Dans un secteur agricole dominé par la production à grande échelle de denrées destinées à l’exportation, ce projet s’est traduit par la mise en œuvre d’une politique de soutien aux petites exploitations, désormais rassemblées dans la catégorie d’agriculture familiale. Celle-ci a été définie comme une cible prioritaire de l’action publique en raison de la vulnérabilité sociale de ceux qui la pratiquent, ainsi que de nombreux bénéfices qu’elle était censée apporter à la société argentine (la préservation de « savoirs traditionnels », la préservation de l’environnement, la création d’emploi et, surtout, une contribution majeure à la souveraineté alimentaire du pays).

Les spécificités attribuées à cette forme d’agriculture ont également servi de base à sa prise en charge différenciée par l’action publique. Cela s’est traduit par la constitution d’un Registre National de l’Agriculture Familiale, la création d’une instance de représentation catégorielle (Forum National de l’Agriculture Familiale), ainsi que la mise en place de services et de structures d’encadrement dédiées (un centre de recherche, un Sous-secrétariat d’État, un organisme de contrôle sanitaire, une organisation de producteurs de matériel agricole spécialisé). En dernière instance, l’auteur montre ainsi que la prise en charge séparée de l’agriculture familiale a conduit à la réification d’une sous-population différenciée au sein du monde agricole argentin.

La deuxième partie de l’ouvrage porte sur l’émergence de la catégorie d’agriculture familiale au sein de l’organisation de la recherche agronomique. Dans un premier temps, l’auteur analyse la politique scientifique des gouvernements péronistes (chapitre 3). En rupture avec les politiques néolibérales des années 1990, celle-ci se caractérise par une augmentation du budget alloué à la recherche et par un recrutement massif de personnels. L’allocation de ces ressources n’est pourtant pas indiscriminée. Elle vise notamment à promouvoir une science orientée vers la résolution de problèmes d’intérêt général (par opposition à une recherche tournée vers des enjeux purement académiques), au premier rang desquels l’inclusion sociale des groupes vulnérables. Encore une fois, cela se traduit par la création d’une instance spécifique (Programme-Conseil de la Demande des Acteurs Sociaux). Celle-ci finance des projets relevant d’une démarche de « recherche-intervention » à caractère participatif, perçue comme la seule susceptible de répondre au défi de l’inclusion des publics vulnérables. L’analyse montre alors que l’adoption de cette posture s’est réalisée sous l’influence d’un groupe de recherche en Science and technology studies (STS) d’une université locale, qui défend une pratique scientifique engagée et en rupture avec les logiques académiques dominantes.

Dans un chapitre ultérieur (chapitre 4), l’auteur étudie la façon dont cette politique scientifique s’est traduite au sein de la recherche agronomique, notamment par la genèse du Centre de Recherche pour la Petite Agriculture Familiale (Cipaf) de l’INTA. Il propose ainsi une analyse détaillée des enjeux (y compris stratégiques) qui ont sous-tendu la création de ce centre de recherche séparé. Surtout, il montre que, s’il a été lancé par une décision politique, ce processus est venu se greffer sur des tensions préexistantes entre les deux composantes principales de l’INTA, l’une vouée à la recherche et l’autre consacrée aux activités de vulgarisation et développement. Les fondateurs du Cipaf sont issus de cette deuxième composante ou bien des sciences sociales. L’auteur souligne qu’ils occupent ainsi des positions dominées dans les hiérarchies symboliques internes à l’institution, « comme si, à la lutte en faveur d’agriculteurs restés jusqu’à présent périphériques dans les politiques et les recherches agricoles, correspondait celle en faveur des franges elles aussi périphériques des institutions scientifiques et techniques » (p. 128).

La troisième partie de l’ouvrage analyse les trajectoires biographiques des agents qui ont investi la thématique de l’agriculture familiale, leurs prises de position et leurs pratiques. Cette analyse confirme que la plupart des agents du Cipaf sont issus des sciences sociales ou bien des activités de vulgarisation et développement. Ils se caractérisent ensuite par des origines sociales modestes, par un niveau de diplôme relativement faible pour le contexte (peu d’entre eux disposent d’un doctorat), ainsi que par des trajectoires (personnelles et familiales) marquées par un engagement politique à gauche (chapitre 5). Ces éléments sont analysés comme des ressorts de l’investissement de ces agents en faveur de l’agriculture familiale. Ils sont également placés à l’origine de leur tendance à se revendiquer d’une pratique scientifique proche du terrain et au service des publics vulnérables, qu’ils opposent à la figure repoussoir d’une science expérimentale perçue comme réductionniste, autoréférentielle et au service de l’agriculture industrielle. L’analyse montre enfin que, par ces critiques, se joue également une remise en question des hiérarchies établies entre les activités de recherche et de vulgarisation au sein de l’INTA.

Sur la base du postulat que la science expérimentale serait incapable de répondre aux besoins de l’agriculture familiale, les agents du Cipaf se font alors promoteurs d’une pratique scientifique « à part » (chapitre 6), à la fois engagée et plus adaptée aux spécificités de ce public. Ils défendent ainsi une « recherche-action-participative », qui questionne la séparation entre recherche et développement (et par là la domination de la première sur le second) et valorise la participation des publics cibles dans la définition des programmes de recherche. Ils défendent ensuite une approche systémique et interdisciplinaire (notamment par l’inclusion des sciences sociales), qui permette d’analyser les phénomènes dans toute leur complexité (s’opposant ainsi au réductionnisme attribué à la science expérimentale). Ils se revendiquent enfin d’une approche territoriale permettant de « saisir les spécificités locales de chaque région » (p. 168) et de répondre ainsi aux besoins de la population. L’analyse montre enfin que l’adoption de ces postures théoriques par les agents du Cipaf s’explique aussi par les relations (parfois très anciennes) qu’ils entretiennent avec les chercheurs en STS déjà cités, ainsi qu’avec ceux du département Sciences pour l’Action et le Développement (SAD) de l’INRA, qui défend également une approche interdisciplinaire, systémique, territoriale et participative depuis sa création en 1980 (Cornu, 2013).

Après avoir présenté les contenus programmatiques de cette « science à part », l’auteur analyse les façons dont elle est mise en pratique par les agents du Cipaf (chapitre 7). On voit alors que ces derniers participent à la construction de la « demande sociale », par un travail de sélection et de mise en forme des requêtes de leurs interlocuteurs. Surtout, l’auteur propose une analyse très fine de problèmes posés par l’intégration des approches disciplinaires, ainsi que par la difficulté de conjuguer les activités de vulgarisation et la production scientifique. Le manque de temps et d’équipements, ainsi que les aléas d’une recherche « en plein air », en effet, rendent difficile la production de résultats valorisables au sein du monde académique. Émerge alors un sentiment de frustration, notamment auprès des rares agents issus des disciplines expérimentales. Ces derniers tendent ainsi à mener une activité de recherche complémentaire au sein d’un laboratoire « traditionnel ».

Dans un dernier chapitre, l’auteur restitue le point de vue d’agents des organismes de recherche agronomique n’ayant pas adhéré au processus étudié. Il fait ainsi ressortir les critiques qu’ils adressent vis-à-vis de cette « science à part », ainsi que les logiques qui les sous-tendent. L’ouvrage s’achève enfin par une conclusion qui tire les fils des hypothèses avancées dans l’introduction, à partir des résultats de l’analyse.

En conclusion, l’ouvrage de Frédéric Goulet est très dense et riche en éléments empiriques. Il propose une analyse de grande qualité des processus qui ont amené l’inclusion des publics vulnérables au sein de champ de la recherche agronomique argentine. Cette analyse apporte de nombreux éléments à la compréhension des interactions entre sciences et politiques à une époque où les pouvoirs publics manifestent une tendance croissante à orienter la production scientifique vers la résolution de problèmes d’intérêt général. Elle apporte également des éléments à la compréhension des antagonismes qui se jouent au sein des organismes de recherche scientifique, notamment appliquée.

L’intérêt de ce travail s’étend ainsi bien au-delà des limites de l’étude de cas, comme le montrent, par exemple, les nombreuses analogies entre le processus étudié par l’auteur et celui qui a conduit à la création du département SAD de l’INRA. En se penchant sur l’histoire de ce dernier, en effet, on retrouve la même conception d’une pratique scientifique au service de la société, les mêmes critiques du « réductionnisme » des approches dominantes, les mêmes revendications d’une démarche systémique et interdisciplinaire, les mêmes difficultés à valoriser les résultats ainsi produits selon les normes d’évaluation académique, ainsi que la même tendance à garder une activité parallèle au sein de laboratoires « traditionnels » (Cornu, 2013).

On pourrait éventuellement regretter que l’auteur n’ait pas engagé un dialogue critique vis-à-vis de la théorie des champs, par exemple, à partir de l’analyse esquissée par Bourdieu sur les tensions entre recherche et innovation au sein de l’INRA (Bourdieu, 1997). En effet, le processus étudié aurait pu se prêter aussi bien à une lecture basée sur cette approche théorique. En fin de compte, l’auteur montre bien qu’il existe une relation entre les prises de position des agents et les positions qu’ils occupent au sein de l’INTA, de même que les arguments mobilisés au sein de l’un et de l’autre camp constituent également des armes de lutte interne « pour le monopole de la définition légitime de la pratique scientifique » (Bourdieu, 1997, p. 40).

Il faut néanmoins souligner que, s’il est possible d’envisager cette lecture alternative du processus étudié, c’est bien parce que l’auteur fournit au lecteur tous les éléments pour le faire. C’est là un autre mérite de cet ouvrage. Par la qualité de ses analyses, Frédéric Goulet nous livre ici un travail en quelque sorte « universel », qui apporte des éléments de réflexion à tous les chercheurs travaillant sur ces questions, indépendamment des traditions théoriques au sein desquelles ils s’inscrivent. On ne peut donc que saluer une telle réussite.

Bibliographie

Bourdieu, P. (1997). Les usages sociaux de la science : Pour une sociologie clinique du champ scientifique. Versailles : Éditions Quæ.

Cornu, P. (2013). Mémoire et actualité de la fondation du département SAD de l’INRA. Communication au séminaire des doctorants du département SAD. Disponible sur : https://seminaire.inrae.fr/journees-doctorants-dpt-sad/content/download/3393/34925/version/1/file/6_Cornu-HistoireSAD.pdf

Goulet, F. & Vinck, D. (2012). L’innovation par retrait. Contribution à une sociologie du détachement. Revue française de sociologie, 53(2), 195-224.
DOI : 10.3917/rfs.532.0195

Jasanoff, S. (2004). Ordering Knowledge, Ordering Society. In States of Knowledge: The Co-Production of Science and the Social Order (pp. 13-45). London: Routledge.

christelle pineau, La corne de vache et le microscope (lA decouverte, 2019)

Pineau (Christelle), La corne de vache et le microscope. Le vin « nature », entre sciences, croyances et radicalités, Paris, La Découverte, 2019, 234 p.

Cette recension par Benoît Leroux (GRESCO, Université de Poitiers) a été publiée dans la Revue française de sociologie, vol.61, n°2, 2020, p. 305-334.

https://www.cairn.info/revue-francaise-de-sociologie-2020-2-page-305.htm

Premier ouvrage de sciences sociales portant sur l’univers des vignerons et des vins « nature », La corne de vache et le microscope a le mérite de rendre compte d’un univers peu connu du grand public. Faisant suite à une thèse d’anthropologie soutenue à l’ehess à l’automne 2017, cet ouvrage s’inscrit dans la veine disciplinaire de ce travail de recherche. En mobilisant principalement le cadre conceptuel et méthodologique classique de l’anthropologie sociale et culturelle française et des approches plus récentes portées par Philippe Descola, Bruno Latour ou Tim Ingold, C. Pineau présente différentes dimensions de ce milieu qui permettent au lecteur d’en apprécier les tenants – histoire des vins « nature », procédés techniques, enjeux sociaux – et les aboutissants – vins « libérés », marginalité professionnelle contrebalancée par un succès croissant. Outre les méthodes de l’ethnographie – observations, immersion participante –, l’autrice s’appuie également sur une littérature des fondateurs comme sur des discours et pratiques de vigneronnes et vignerons de plusieurs régions de France, spécialement d’Anjou, d’Ardèche, du Beaujolais, du Jura et du Minervois. Soutenue par une belle écriture, rendant la lecture agréable et fluide, l’ouvrage se décline en cinq chapitres qui suivent un plan logique permettant au lecteur d’entrer progressivement dans ce monde vitivinicole aux pratiques marginales.

Dans un premier chapitre, l’autrice se refuse à donner une définition restreinte des vins naturels ou « nature », considérant que celle-ci serait nécessairement restrictive, et préfère explorer leurs sources d’inspiration à travers les approches agricoles voisines. L’agriculture biologique y est présentée comme « le point de départ pour les vignerons vers les vins naturels » (p. 20). Labélisés ou non, les raisins des vins naturels sont tous produits a minima dans le respect du cahier des charges ab, c’est-à-dire sans recours aux produits chimiques de synthèse et selon ses principes fondamentaux de travail attentif des sols. S’arrêtant plus longuement sur les fondements de l’agriculture biodynamique et l’approche fondatrice de Jules Chauvet, toutes deux fortement inspiratrices pour les protagonistes des vins « nature », C. Pineau précise leurs approches et techniques respectives. Articulant connaissances technico-scientifiques, observations, expérimentations empiriques et approches relevant de pratiques plus ou moins ésotériques de la biodynamie, ces emprunts varient selon chaque vigneron et le mode de production viticole adopté. Si l’Association des vins naturels (avn) est créée en 2005 afin de réunir la plupart de ses praticiens et un groupe d’amateurs « francs-buveurs » autour de vins qui présentent très peu ou pas du tout de soufre, aucun label ou cahier des charges ne vient instituer ces modes de vinification, laissant ainsi chaque vigneronne et vigneron opérer selon ses inspirations et en fonction des cépages et des conditions pédoclimatiques où s’épanouissent leurs vignes.

Le deuxième chapitre s’intéresse aux trajectoires et bifurcations professionnelles vigneronnes héritées ou néorurales. Assumant une approche qui s’émancipe, en grande partie, d’une analyse des conditions sociales qui ont rendu possibles les parcours de vie des « néovignerons » (p. 46), l’autrice présente quelques éléments déclencheurs à l’origine de changements de pratique vers les vins naturels d’enfants de couples de vignerons (appauvrissement des sols, maladies de membres de la famille provoquées par l’usage des produits phytosanitaires). La suite du récit présente plus en détails le parcours d’une vigneronne nommée Anne-Marie. Mobilisant une riche écriture ethnographique, la description fine de situations d’activités (souvent en collectif de travail), allant de la taille à la vinification, en passant par les vendanges apporte un éclairage précieux à ce mode de production associé à un mode de vie. Au fil des saisons et des six à sept séjours effectués sur place est restitué un journal de terrain où l’on saisit les liens forts qui unissent Anne-Marie à ses contacts quotidiens, qu’ils soient collègues, animaux, vignes ou vins…

Intitulé « Économie de l’autonomie », le chapitre suivant expose d’abord la relation particulière qu’entretiennent ces vitiviniculteurs avec leurs vignes, relation qui est décrite sous les hospices de « l’aidant et non pas [du] dominant » (p. 95). « Cette tendance à vouloir redonner à la plante une forme d’autonomie s’accompagne aussi de prises de risque et d’une acceptation du risque lui-même » (ibid.). À contre-courant de pratiques culturales et œnologiques dominantes, la présence, l’observation et les formes de liberté accordées à la vigne et aux vins naturels sont décrites à travers le travail du sol et les différentes innovations sociales et techniques qui leur sont associées et renvoient tant aux pratiques passées (réintroduction des chevaux dans les parcelles) qu’aux techniques et connaissances scientifiques contemporaines (recours à un laboratoire œnologique itinérant). De même, ces femmes et ces hommes « défrichent dans le même temps de nouveaux terrains d’expérimentation, tant en termes d’agronomie que de spiritualité » (p. 133).

D’autres spécificités repérées par C. Pineau sont explorées dans le chapitre 4 : les liens de solidarité, les formes de militantisme et de résistance des vignerons « nature » contre l’uniformisation viti- et vinicole. Mieux, selon l’autrice : « le fait de rapprocher ces vignerons du sauvage les place paradoxalement dans une posture de sages tutélaires » (p. 152). Avec d’autres dynamiques de luttes paysannes, ne s’attachant « à aucune pratique de manière unique et figée » (p. 158), ce milieu serait porteur de propositions alternatives au modèle marchand et industriel.

Le dernier chapitre continue à explorer les formes de production alternatives des vignerons naturels mais davantage en lien avec leur profession et les consommateurs. Ainsi des résistances en pratique se forgent, par exemple autour des luttes contre les normes restrictives des appellations d’origine contrôlée (aoc) face auxquelles les vignerons naturels rivalisent d’imagination pour se différencier à partir d’étiquettes de bouteilles des plus originales aux plus subversives. On peut regretter l’absence de photos rendant compte de ces luttes symboliques exprimées par une subversion iconographique et langagière mêlant art et références aux terroirs. Une analyse est ensuite menée sur « la révolution de palais » (p. 196) qui accompagne ces vins naturels et qui, non seulement demande d’apprendre un nouveau langage, mais nécessite d’oublier l’ancien. « Certains vignerons parlent de rééducation tant ils estiment que de mauvaises habitudes (de mauvaises informations) ont été données au cerveau. Un sauvignon soufré ne ressemblera pas du tout à un sauvignon non soufré, il en va de même pour un muscadet dont la fermentation malolactique [seconde fermentation qui se déclenche naturellement et qui a pour conséquence d’“assouplir” le vin] n’aura pas été stoppée artificiellement » (p. 198). Mais il y a fort à parier que, loin de l’épiphénomène, une réelle tendance se dessine pour les vins naturels, et cela avec l’appui important de consommateurs culturellement bien dotés des métropoles françaises comme internationales. C. Pineau s’interroge sur le processus d’institutionnalisation qui pourrait accompagner cet engouement « avec ses aspects séduisants et ses revers » (p. 210). Outre ces interrogations, le livre se termine sur la contradiction entre les velléités de produire un « vin populaire » et les prix pratiqués (assez élevés pour les entrées de gamme), ou encore sur les capacités de ces vignerons à s’adapter aux effets du changement climatique.

L’approche ethnographique portée par C. Pineau apporte une description riche de ce milieu émergeant des protagonistes des vins naturels. Plus particulièrement, l’attention fine portée aux vigneronnes et vignerons ainsi qu’au(x) sens que les enquêtés confèrent à leur métier et à leur « nectar » offre une lecture au plus près du terrain. À ce titre, la partie relatant ce chemin partagé auprès d’Anne-Marie, vigneronne pionnière du Minervois, est un moment fort du texte parce qu’il permet de saisir ce qui se joue au quotidien, au rythme des saisons, dans les actes pratiques viniticoles. On y perçoit ce qu’exprime l’autrice sur ces métiers au grand air, au contact d’éléments vivants stimulant les différents sens : odeurs (fermentations), couleurs (variations de teintes de feuilles de raisins), toucher (écraser le moût de raisin avec ses pieds), goûts et sons (vins perlants)…

Si l’enthousiasme de l’autrice à l’égard de cette « famille » (p. 48) peut être contagieux à la lecture, on peut se demander néanmoins dans quelle mesure cette approche ne se fait pas au détriment d’une mise à distance des notions propres à ce milieu, et plus largement des logiques sociales structurelles en jeu. Les termes tels que « liberté », « hors norme » ou encore « autonomie » utilisés pour qualifier ces vigneronnes et vignerons semblent plutôt empruntés au registre militant. En mobilisant les auteurs classiques de l’anthropologie (André Leroi-Gourhan, Claude Lévi-Strauss), des « savoirs naturalistes populaires » notamment (André-Georges Haudricourt, François Sigaut, Georges Guille-Escuret), mais surtout d’une nouvelle épistémologie anthropologique (B. Latour, T. Ingold ou Eduardo Kohn), l’analyse rend peu compte des structures sociales au profit des jeux d’acteurs ramenés à leur rationalité individuelle. Autrement dit, si l’ethnographie permet ici de décrire des formes d’originalité culturelle, qu’elles soient professionnelles ou techniques, il nous manque un certain nombre de clés de lecture pour comprendre les cadres institutionnels dans lesquels elles s’inscrivent et voir comment ces pratiques sont rendues possibles. Qu’en est-il des formes de classement du goût et des hiérarchies économiques historiquement instituées de ces milieux (Marie-France Garcia-Parpet, 2008) ? Qu’en est-il des logiques de reproduction sociale des exploitations familiales viticoles (Céline Bessière, 2010), ou relevant d’approches agricoles alternatives (Clémentine Comer, 2016) ? En relation à ces mondes vitivinicoles complexes, composés de métiers, de groupes professionnels en tension et en évolution (Charles Gadéa et Stéphane Olivesi, 2019), on peine parfois à voir quelles ressources sociales, techniques ou symboliques sont disponibles et employées. Si l’on peut regretter l’absence de mobilisation d’un certain nombre de références bibliographiques récentes de sciences sociales produites sur ces milieux, il n’en demeure pas moins que les matériaux recueillis sont d’une grande richesse. En outre, cet ouvrage apporte un éclairage sans précédent sur cet univers original, émergeant et sans aucun doute en devenir, invitant à poursuivre l’étude.

Une expérience de stage au sein du programme TRANSAGRINA : Trajectoires d’agroécologisation en Nouvelle-Aquitaine

Diplômée d’un Master en Sciences Humaines et Sociales – Parcours Problèmes Sociaux et Politiques Urbaines à l’Université de Bordeaux, Cyrielle Vaillant a effectué un stage au Centre Émile Durkheim du 28 janvier au 31 juillet 2020 au sein du projet de recherche collectif TRANSAGRINA (tutrice de stage : Delphine Thivet). Intéressée depuis de nombreuses années par les problématiques environnementales, c’est lors d’un premier stage en 2015 au Service Environnement et Agriculture au Conseil Départemental de la Dordogne qu’elle s’est intéressée aux politiques publiques environnementales. Lors de sa Licence, elle s’est formée à la sociologie visuelle, considérée à la fois comme un objet de recherche et une méthode propre aux sciences sociales. En Master 1, elle a réalisé une enquête de quartier auprès de femmes issues de milieux défavorisés en utilisant l’outil visuel comme support aux récits biographiques. Dans le prolongement de ces diverses expériences, Cyrielle Vaillant propose ci-après une synthèse de sa recherche en sociologie visuelle réalisée au cours son stage au sein du programme TRANSAGRINA. Celui-ci a porté plus particulièrement sur les trajectoires d’agroécologisation et sur la circulation des connaissances agroécologiques en Nouvelle-Aquitaine, à partir d’une enquête de terrain effectuée auprès d’agriculteurs et agricultrices expérimentant ou ayant déjà adopté des pratiques agro-écologiques. 

Sociologie visuelle auprès de « paysan.ne.s-chercheur.e.s » en agroécologie en Région Nouvelle-Aquitaine

La profession agricole est parfois identifiée à une population vieillissante et associée à la question du patrimoine culturel, social, économique et matériel. Un héritage à léguer. Mais à qui ?  « Qui reprendra la ferme ? » C’est d’abord par l’analyse de statistiques et la lecture de nombreux rapports portant sur la situation agricole en France que nous avons débuté notre stage, afin de comprendre les transformations en cours de la profession agricole et les conditions de son renouvellement dans le cadre du projet « agroécologique ».

La France compte actuellement environ un million d’agriculteurs et d’agricultrices, dont plus de 36 000 productions spécialisées[1]. En 2017, on observait une croissance de plus de 13% des exploitations en Agriculture biologique (AB ci-après), soient deux millions d’hectares environ au total (7,5% de la Surface Agricole Utile française). Même si l’AB peut elle-même inclure des pratiques agro-écologiques, il est essentiel de rappeler qu’une grande part des pratiques agro-écologiques se réalise en dehors de la labellisation biologique[2]. En ce sens, appréhender la transition agricole exige de ne pas se focaliser exclusivement sur les installations agricoles labélisées biologiques : il convient au contraire de cerner les pratiques agro-écologiques au cœur de l’univers agricole dans son ensemble. Pour ce qui nous concerne, la région Nouvelle-Aquitaine a été choisie comme territoire de l’enquête du programme TRANSAGRINA. La région est un vaste territoire, le plus grand de la métropole et outre-mer confondu (12 départements sur 84 061 km², 2,8 millions d’hectares de forêt, 5 956 978 habitants (2017), pour une densité de 71 hab/m²). C’est aussi la première région agricole de France et d’Europe avec ses 4,2 millions d’hectares de SAU représentant 15% de la SAU nationale. 7% de la SAU régionale est labellisée biologique, ce qui positionne la région au deuxième rang français derrière la région Occitanie[3].

La question principale de cette recherche a été de comprendre comment les agriculteurs et les agricultrices transforment leurs pratiques agricoles. Plus précisément, il a été question au cours de l’enquête de mettre en exergue l’émergence d’un nouveau rôle qu’endossent ces dernièr.e.s : à savoir celui de « paysan.ne-chercheur.e »[4] [5]. L’objectif de cette recherche de stage a en effet été d’éclairer les différents rapports aux savoirs agronomiques entretenus par certain.e.s agriculteurs.trices qui se dénomment comme tels. La transition agricole se caractérise par un besoin de renouvellement des connaissances agronomiques, lesquelles s’acquièrent et circulent par de multiples voies : des lectures personnelles, des discussions informelles entre pairs, des réunions entre groupes (associations, lieux de formations, visites de fermes, etc.), etc. L’adoption de pratiques agroécologiques s’accompagne ainsi d’un nouveau rapport :

  • Au vivant : par la prise en considération de l’interconnexion des écosystèmes intrinsèque aux systèmes de production et à l’environnement.
  • Aux risques naturels : l’agriculteur.trice doit gérer davantage d’incertitude et ne peut s’appuyer sur des solutions immédiates (chimie, savoirs scientifiques et institutionnels, mécanique, etc.) 
  • Aux savoirs : les savoirs se pluralisent et s’autonomisent (réseaux, groupe, savoir-paysan, etc.) par rapport aux savoirs agronomiques institutionnels classiques.

Quels sont les « facteurs déclencheurs », selon les termes employés par un conseiller agricole, de l’adoption de nouvelles pratiques ? Le changement de pratiques agricoles est connecté à quatre facteurs : l’orientation de la pratique agronomique, la trajectoire sociale, les caractéristiques du territoire et enfin les politiques publiques. Chacun de ces éléments constitue une étape décisive. L’installation en agriculture, que ce soit lors d’une reprise de ferme ou hors cadre familial, recouvre une hétérogénéité de profils sociaux. Les personnes néo-agricoles sont d’origines sociales diverses et ce qui les décident à devenir des agricul.teurs.trices ne relèvent pas nécessairement des mêmes ambitions (Allens et Leclair, 2015)[6]. C’est pourquoi, lors des entretiens réalisés auprès d’agriculteurs et agricultrices, nous avons noté que les changements de cap professionnel peuvent se mêler à d’autres aspirations qui ne sont pas, par exemple, strictement économiques. En effet, pour certaines personnes avec lesquelles nous nous sommes entretenues, l’écologisation des pratiques agricoles s’inscrit plus largement dans une critique des effets de la modernisation agricole et par la quête de davantage d’autonomie alimentaire, économique et décisionnelle.

Notre démarche de recherche a essentiellement reposé sur la démarche de sociologie visuelle. Nous avons en effet fait le choix de coupler les entretiens semi-directifs par de la sociologie en image – méthode qui propose à la personne rencontrée de commenter des images (photographies, tableaux, etc.) qui ont été au préalable sélectionnées. La personne observe, fait appel à des souvenirs, des connaissances et offre des informations qui complètent l’entretien semi-directif plus classique en sociologie qualitative. Ainsi, au cours des entretiens nous avons invité les enquêté.e.s à s’exprimer sur les représentations de leur métier à partir de supports visuels. Ces derniers ont été constitués de deux tableaux et de quatre photographies.

Tableau 1 – Jules BRETON, Fin du travail, 1886 – 1887, huile sur toile, 84 x 120, Brooklyn, Brooklyn Museum
( source : https://www.brooklynmuseum.org/opencollection/objects/44489)

Extrait d’entretien avec un technicien de la Chambre d’Agriculture :

« C’est l’agriculture comme quelque chose de quasi-douloureux. Les femmes sont penchées sur le sac lourd qu’elles portent, et qui travaillent à la sueur de leur front. C’est un peu cette image que l’on a de l’agriculture. Il faut souffrir pour produire, et justement, nous ne sommes plus dans ces formes-là de conception de l’agriculture. Nos pratiques libèrent plus qu’elles ne font souffrir, parce qu’il peut y avoir une forme de dépendance aux outils, aux engins, aux emprunts, etc… Depuis que j’anime des formations d’agriculteurs autour de l’agriculture de conservation des sols et d’agroécologie, ce ne sont que des formations qui se terminent avec un sentiment d’optimisme. On se dit : « les choses vont s’améliorer pour le sol au lieu de dégrader, on va à grader, pour aller vers du mieux. » Ce sentiment de travailler à la sueur de son front pour gagner sa vie durement en se penchant sur le sol est très éloigné de ce que ça illustre pour moi. »

Photographie 1 – Jardin partagé de Xixare Baratza
© Association Xixare Baratza (Pays-Basque) (source : http://xixare.eu/fr/homefr/)

Extrait d’entretien avec Benoît, maraîcher en Dordogne :

« Ça donne de l’espoir, on voit que dans les villes on reprend la culture avec des petits jardins. On voit des lieux de vie qui ont l’air d’être agréables et des gens et des enfants qui sont l’avenir. Ils commencent là-dedans et on peut imaginer qu’ils vont faire perdurer ça, et on observe que les gens sont sensibilisés à la question environnementale et de l’alimentation. On voit de plus en plus de mouvement comme cela, c’est très intéressant d’observer des initiatives micro, locales et comment on fait en sorte que ces initiatives puissent faire boule de neige pour en arriver à des actions politiques et à des niveaux du territoires ou macro-économique. Parce qu’en fait ça, si ça reste des initiatives individuels et micro, ça restera minoritaire. Et on restera avec le type d’agriculture de labour qui nourrira la plupart des gens et qui les rendra malade. »

Extrait d’entretien avec un technicien de la Chambre d’Agriculture :

« Cette photographie me fait penser à du monde dans les terres. C’est-à-dire que la campagne est assimilée aujourd’hui à un désert humain, puisqu’on ne voit plus personne dans les campagnes. On ne voit plus que des engins et outils. Et les formes d’agricultures que l’on développe re-déploie les hommes dans les parcelles. Comme l’a dit Jean-Pierre Sarthou professeur à Toulouse, ces formes d’agricultures là peuvent se faire sur des surfaces un peu plus réduites et avec plus de main d’œuvres sur la même surface. Sur une grande exploitation, en faire deux qui soit fonctionnelle pour faire revenir des hommes et des femmes sur des territoires. Ça c’est un des objectifs aussi, de dire que c’est forme d’agriculture (bio ou agroécologie) peuvent faire revenir plus de monde dans les campagnes avec autour tout les services que ça peut rendre au-delà de ceux de l’agriculture. Et ça c’est très intéressant. »

Les notions de paysage, les perceptions du monde rural, les représentations des pratiques agricoles mais aussi le rapport au temps ont été notamment abordées. Par ce biais, nous avons ainsi pu comprendre les difficultés que peuvent engendrer la transition agro-écologique et les moyens nécessaire pour y parvenir.

La démarche d’enquête a en outre consisté à faire de la sociologie avec l’image, destinée principalement à récolter et à analyser des phénomènes sociaux. Nous avons, avec l’accord des personnes rencontrées, photographié nos entrevues et visites des fermes. Ces photographies complètent les propos des agriculteurs et agricultrices rencontrées, elles sont des supports qui offrent une visibilité immédiate de ce qui est à la fois suggéré, vécu et parlé. Nous avons notamment observé les outils utilisés, les postures, les tenues, les activités, les collaborations et les modes de vie, mais aussi les engagements et réseaux.

Photographie 2 – Hugues est un agriculteur et un éleveur bovin en Dordogne. Il présente ses graines : dans sa main droite du soja et de l’avoine dans sa main gauche. Il précise que ses cultures ont des cycles différents, entre 90 jours et 120 jour. Suivant la spécificité du sol, il sème soit du soja soit une graminée. © Cyrielle Vaillant 2020

Extrait d’une conversation entre Hugues et le conseiller agricole à propos des semences paysannes / biologiques :

Le conseiller : « Il est très important d’avoir son stock de semence prêt, après la récolte de la culture il ne faut pas attendre, car il y a encore de l’humidité dans le sol. »

Hugues : « Voici un mélange que je fais spécialement pour les prairies que je sème à la mi-septembre, ce qui permet d’augmenter le volume au printemps dans la prairie et dynamiser la prairie pour mon élevage. Et dedans, je mets tout ce que j’appelle les déchets de mes légumineuses fourragères. Sainfoin, Luzerne, Trèfles, etc. Quand je trie, j’essaie de faire quelque chose de très propre. Lorsque j’ai un peu de perte de graines viables, je me les garde et je me les mets en mélange pour recharger mes prairies. Mais comme c’est très léger, je suis obligé de mettre un gros volume avec des Fèveroles et du Seigle. »

Le conseiller : « De plus, la moitié des surfaces en polyculture élevage se sont des prairies naturelles, et quand elles sont mal exploitées, elles ne donnent pas beaucoup d’herbes. Et donc les prairies qui sont là, en ressemant de grosses graines de légumineuses, deviennent des surfaces de cultures. »

Hugues : « J’ai des graines qui ont un cycle entre 90 et 120 jours, il faut commencer par apprendre tout ça, et suivant la problématique que j’ai sur le sol, surtout en enherbement, je mets soit du Soja, soit de la graminée. Dans le secteur ce qui nous menace est l’Ambroisie. On en parle beaucoup dans les médias et en mettant de la graminée d’été on arrive à réduire l’Ambroisie. »

Le conseiller : « Et par rapport au soja, les bêtes de Hugues n’ont pas besoin de soja importé d’Amérique du Sud. En réalité, c’est surtout les bovins lait qui en utilisent le plus. Et dans ce cas de figure, on a aussi des programmes de nutritions qui peuvent progressivement se passer de soja sud-américain en réintroduisant la luzerne dans les rotations. »

Photographie 3 – Félix Noblia est un agriculteur et éleveur de bovin en Pays basque. Il attend, connecté à son téléphone, que l’abreuvoir soit rempli. © Cyrielle Vaillant 2020

L’article de Pierre et Marie-Claire Bourdieu (« Le paysan et la photographie », 1965)[1] permet un retour réflexif sur la production et la signification que l’on accorde à une image. Entre la personne qui la produit, celle qui la regarde et celle qui l’interprète. On peut s’interroger alors sur la signification des photographies : que donne à voir la photographie ? Qui écarte-t-elle ? Peut-elle devenir un objet de représentation sociale ? Un objet hiérarchisant ? Si aujourd’hui elle est utilisée par tous et toutes, il n’en demeure pas moins des questions sur ce qui est rendu visible et de ce qu’il ne l’est pas. Ainsi la démarche sociologique visuelle permet de comprendre et de produire une « connaissance dialoguée » issue d’un entretien avec un individu détenteur d’un savoir et d’une expérience que le ou la sociologue n’a pas ou peu. L’image vient compléter la description « dense » (thick description, selon l’expression de l’anthropologue Clifford Geertz). Elle permet également de révéler les collaborations, celles du vivant et du non-vivant. Lorsqu’on s’intéresse aux liens entre production et alimentation, aux connexions entre humains et non-humains (Houdard, 2011)[2], et à l’inscription des pratiques dans des espaces sociaux localisés (Laferté, 2014)[3], la photographie peut être un moyen de montrer à la fois l’ancrage des pratiques sociales dans des lieux hétérogènes et pluriels, mais aussi l’inscription des manières de faire dans des réseaux et interactions sociales différenciées. À cet égard, nous nous sommes inspirée de la manière d’enquêter de Béatrice Maurines[4], qui a exploré la nature du travail agricole en filmant le « triptyque production-transformation-commercialisation ». Ce triptyque représente le fil conducteur par lesquelles l’enquêté.e est passé.e pour en arriver à une agroécologisation des pratiques ; soit par la reconversion partie par partie de son exploitation, soit par la création d’un projet agro-écologique, ou encore par la collaboration, par une sensibilité, etc. Il y a dans ces démarches une matière observable. Prenons l’exemple de l’aménagement et la superficie d’une parcelle, qui peuvent être des éléments permettant de comprendre l’arrangement existant entre l’humain et le non-humain, en particulier lorsqu’il s’agit de la permaculture.

Lors des entretiens réalisés auprès des agriculteurs et agricultrices, nous avons eu la chance de partager une journée en leur présence et d’être dans une posture dite « proactive ». Nous avons adopté une posture d’observation et de participation, bien qu’il ait été davantage question de la première. Les agriculteurs et agricultrices ont partagé avec nous l’organisation des différents temps qui scandent leur journée de travail (productions, paperasserie, ventes, modes de vie spécifiques à chacun.ne). L’enquête exploratoire a été menée durant la crise sanitaire mondiale de la Covid-19. À la sortie du premier confinement en juin dernier, la caméra au poing nous sommes parties dans les campagnes de la Nouvelle-Aquitaine. L’approche sociologique a impliqué que nous réalisions nous-mêmes les photographies présentes dans ce rapport, en ayant la double casquette d’être à la fois celle qui observe et celle qui questionne. Les entretiens se sont présentés de la manière suivante : le moment de la rencontre et des premiers échanges on été pour la majorité filmés dans les intérieurs. Autour d’une tasse de café proposée en guise d’accueil, nous avons mené des entretiens dans l’espace de vie, généralement il s’agissait de la cuisine. Une fois le trépied et la caméra en place, nous nous sommes installées autour d’une table, et la discussion a commencé. Puis, la caméra à l’épaule et l’appareil photo dans l’autre main, nous sommes parties visiter la ferme.

Photographie 4 – Pâturage tournant dynamique de Félix Noblia, Pays Basque © Cyrielle Vaillant 2020
Photographie 5 – Big bag d’orge, Pierre produit sa bière de A à Z « de l’épi au demi », Charente © Cyrielle Vaillant 2020

Si l’image est plus ou moins intervenue sporadiquement dans les enquêtes sociologiques, elle est aujourd’hui à la fois considérée comme un objet et un outil à l’étude (Terrenoire, 1985)[1]. Elle demeure une démarche singulière, rendant visible des populations ou des situations fragilisées et peut ainsi devenir un véritable support d’enquête. « Les photographies sont utiles, car elles focalisent sur la routine des acteurs et de leur environnement, évitant les arguments visuellement spectaculaires qui deviendront typiques du photojournalisme (Douglas Harper (2003 : 242)). » (Maresca et Meyer, 2013, p. 11)[2].  L’image est « comme un produit social, qui a une fonction et une valeur dans la société ; et l’image du social, descriptive ou représentative des phénomènes sociaux, qui, dès lors, possède une pertinence sociologique dans sa capacité à donner à voir certaines conditions sociales. » (Maresca et Meyer, 2013, p.  17). Ainsi, une image aérienne d’un terrain réinvesti par la pratique de l’agroforesterie n’aura pas la même signification qu’un angle de vue au ras du sol d’un agriculteur ou d’une agricultrice travaillant la terre. Le choix de la photographie explique en partie ce qui a voulu être mis en lumière. Elle est à la fois l’objet descriptif d’une technique et le témoin de ce qui est décrit par le récit.

En somme, les données visuelles sont des outils qui mêlent différentes approches, comme le rappelle Douglas Harper dans son ouvrage de 2012 Visual Sociology, il y a « l’ethnographie visuelle, la photo documentaire, la réflexivité, la photographie aérienne, la comparaison, ethnométhodologie, la sémiologie, le multimédia, la photo comme support d’entretien, la photovoice. » (Maresca et Meyer, 2013, p. 20). C’est une kyrielle de possibilités offrant à la recherche la capacité d’augmenter le partage du sens, pour dépasser dans un même temps les frontières de l’univers scientifique.


[1] TERRENOIRE Jean-Paul, « Images et sciences sociales : l’objet et l’outil », Revue française de sociologie, vol. 26, n°3, 1985, p. 509-527.

[2] MARESCA, Sylvain et MEYER Michaël, Précis de photographie à l’usage des sociologues, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Didact sociologie », 2013, 109 p.


[1] BOURDIEU, Pierre, et BOURDIEU, Marie-Claire, « Le paysan et la photographie ». Revue française de sociologie, vol. 6, n°2, 1965, p. 164-174.

[2] HOUDARD, Sophie, « Humains, non-humains. Comment repeupler les sciences sociales. » Paris, La Découverte, « Hors collection Sciences Humaines », 2011, p. 7-13.

[3] LAFERTE, Gilles. « Des études rurales à l’analyse des espaces sociaux localisés », Sociologie, vol. 5, n° 4, 2014, p. 423-439.

[4] BEATRICE, Maurines, « Filmer le travail agricole à l’heure des circuits courts », Études rurales, n°199, 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/11483 


[1] Chiffres du dernier recensement de 2010 sur le site du gouvernement agriculture.gouv.fr

[2] « La montée des revendications écologiques et environnementales ont ensuite amené d’autres agriculteurs à chercher eux aussi des alternatives à l’agriculture “intensive”, mais sans recourir à l’agriculture biologique en raison de la complexité de sa mise en œuvre et de ses performances productives jugées insuffisantes » (Michel Griffon, « L’agroécologie, un nouvel horizon pour l’agriculture », Études, n°12, 2014, p. 33).

[3] Rapport de l’ORAB, L’agriculture Biologique en Région Nouvelle Aquitaine, 2018.

[4] Il s’agit d’une expression reprise de l’agriculteur du Pays basque Felix Noblia. À ce propos, Il accorde un entretien au quotidien Reporterre en février 2019. Lien vers l’article : https://reporterre.net/Le-paysan-chercheur-Felix-Noblia-invente-l-agriculture-sans-pesticides-et-sans

[5] Cette expression est empruntée à Félix Noblia.

[6] ALLENS, Gaspard, et LECLAIR, Lucile, « Prendre la clef des champs. Quelles visées politiques à l’installation paysanne ? », Mouvements, vol. 84, n° 4, 2015, p 15-23.