Une expérience de stage au sein du programme TRANSAGRINA : Trajectoires d’agroécologisation en Nouvelle-Aquitaine

Diplômée d’un Master en Sciences Humaines et Sociales – Parcours Problèmes Sociaux et Politiques Urbaines à l’Université de Bordeaux, Cyrielle Vaillant a effectué un stage au Centre Émile Durkheim du 28 janvier au 31 juillet 2020 au sein du projet de recherche collectif TRANSAGRINA (tutrice de stage : Delphine Thivet). Intéressée depuis de nombreuses années par les problématiques environnementales, c’est lors d’un premier stage en 2015 au Service Environnement et Agriculture au Conseil Départemental de la Dordogne qu’elle s’est intéressée aux politiques publiques environnementales. Lors de sa Licence, elle s’est formée à la sociologie visuelle, considérée à la fois comme un objet de recherche et une méthode propre aux sciences sociales. En Master 1, elle a réalisé une enquête de quartier auprès de femmes issues de milieux défavorisés en utilisant l’outil visuel comme support aux récits biographiques. Dans le prolongement de ces diverses expériences, Cyrielle Vaillant propose ci-après une synthèse de sa recherche en sociologie visuelle réalisée au cours son stage au sein du programme TRANSAGRINA. Celui-ci a porté plus particulièrement sur les trajectoires d’agroécologisation et sur la circulation des connaissances agroécologiques en Nouvelle-Aquitaine, à partir d’une enquête de terrain effectuée auprès d’agriculteurs et agricultrices expérimentant ou ayant déjà adopté des pratiques agro-écologiques. 

Sociologie visuelle auprès de « paysan.ne.s-chercheur.e.s » en agroécologie en Région Nouvelle-Aquitaine

La profession agricole est parfois identifiée à une population vieillissante et associée à la question du patrimoine culturel, social, économique et matériel. Un héritage à léguer. Mais à qui ?  « Qui reprendra la ferme ? » C’est d’abord par l’analyse de statistiques et la lecture de nombreux rapports portant sur la situation agricole en France que nous avons débuté notre stage, afin de comprendre les transformations en cours de la profession agricole et les conditions de son renouvellement dans le cadre du projet « agroécologique ».

La France compte actuellement environ un million d’agriculteurs et d’agricultrices, dont plus de 36 000 productions spécialisées[1]. En 2017, on observait une croissance de plus de 13% des exploitations en Agriculture biologique (AB ci-après), soient deux millions d’hectares environ au total (7,5% de la Surface Agricole Utile française). Même si l’AB peut elle-même inclure des pratiques agro-écologiques, il est essentiel de rappeler qu’une grande part des pratiques agro-écologiques se réalise en dehors de la labellisation biologique[2]. En ce sens, appréhender la transition agricole exige de ne pas se focaliser exclusivement sur les installations agricoles labélisées biologiques : il convient au contraire de cerner les pratiques agro-écologiques au cœur de l’univers agricole dans son ensemble. Pour ce qui nous concerne, la région Nouvelle-Aquitaine a été choisie comme territoire de l’enquête du programme TRANSAGRINA. La région est un vaste territoire, le plus grand de la métropole et outre-mer confondu (12 départements sur 84 061 km², 2,8 millions d’hectares de forêt, 5 956 978 habitants (2017), pour une densité de 71 hab/m²). C’est aussi la première région agricole de France et d’Europe avec ses 4,2 millions d’hectares de SAU représentant 15% de la SAU nationale. 7% de la SAU régionale est labellisée biologique, ce qui positionne la région au deuxième rang français derrière la région Occitanie[3].

La question principale de cette recherche a été de comprendre comment les agriculteurs et les agricultrices transforment leurs pratiques agricoles. Plus précisément, il a été question au cours de l’enquête de mettre en exergue l’émergence d’un nouveau rôle qu’endossent ces dernièr.e.s : à savoir celui de « paysan.ne-chercheur.e »[4] [5]. L’objectif de cette recherche de stage a en effet été d’éclairer les différents rapports aux savoirs agronomiques entretenus par certain.e.s agriculteurs.trices qui se dénomment comme tels. La transition agricole se caractérise par un besoin de renouvellement des connaissances agronomiques, lesquelles s’acquièrent et circulent par de multiples voies : des lectures personnelles, des discussions informelles entre pairs, des réunions entre groupes (associations, lieux de formations, visites de fermes, etc.), etc. L’adoption de pratiques agroécologiques s’accompagne ainsi d’un nouveau rapport :

  • Au vivant : par la prise en considération de l’interconnexion des écosystèmes intrinsèque aux systèmes de production et à l’environnement.
  • Aux risques naturels : l’agriculteur.trice doit gérer davantage d’incertitude et ne peut s’appuyer sur des solutions immédiates (chimie, savoirs scientifiques et institutionnels, mécanique, etc.) 
  • Aux savoirs : les savoirs se pluralisent et s’autonomisent (réseaux, groupe, savoir-paysan, etc.) par rapport aux savoirs agronomiques institutionnels classiques.

Quels sont les « facteurs déclencheurs », selon les termes employés par un conseiller agricole, de l’adoption de nouvelles pratiques ? Le changement de pratiques agricoles est connecté à quatre facteurs : l’orientation de la pratique agronomique, la trajectoire sociale, les caractéristiques du territoire et enfin les politiques publiques. Chacun de ces éléments constitue une étape décisive. L’installation en agriculture, que ce soit lors d’une reprise de ferme ou hors cadre familial, recouvre une hétérogénéité de profils sociaux. Les personnes néo-agricoles sont d’origines sociales diverses et ce qui les décident à devenir des agricul.teurs.trices ne relèvent pas nécessairement des mêmes ambitions (Allens et Leclair, 2015)[6]. C’est pourquoi, lors des entretiens réalisés auprès d’agriculteurs et agricultrices, nous avons noté que les changements de cap professionnel peuvent se mêler à d’autres aspirations qui ne sont pas, par exemple, strictement économiques. En effet, pour certaines personnes avec lesquelles nous nous sommes entretenues, l’écologisation des pratiques agricoles s’inscrit plus largement dans une critique des effets de la modernisation agricole et par la quête de davantage d’autonomie alimentaire, économique et décisionnelle.

Notre démarche de recherche a essentiellement reposé sur la démarche de sociologie visuelle. Nous avons en effet fait le choix de coupler les entretiens semi-directifs par de la sociologie en image – méthode qui propose à la personne rencontrée de commenter des images (photographies, tableaux, etc.) qui ont été au préalable sélectionnées. La personne observe, fait appel à des souvenirs, des connaissances et offre des informations qui complètent l’entretien semi-directif plus classique en sociologie qualitative. Ainsi, au cours des entretiens nous avons invité les enquêté.e.s à s’exprimer sur les représentations de leur métier à partir de supports visuels. Ces derniers ont été constitués de deux tableaux et de quatre photographies.

Tableau 1 – Jules BRETON, Fin du travail, 1886 – 1887, huile sur toile, 84 x 120, Brooklyn, Brooklyn Museum
( source : https://www.brooklynmuseum.org/opencollection/objects/44489)

Extrait d’entretien avec un technicien de la Chambre d’Agriculture :

« C’est l’agriculture comme quelque chose de quasi-douloureux. Les femmes sont penchées sur le sac lourd qu’elles portent, et qui travaillent à la sueur de leur front. C’est un peu cette image que l’on a de l’agriculture. Il faut souffrir pour produire, et justement, nous ne sommes plus dans ces formes-là de conception de l’agriculture. Nos pratiques libèrent plus qu’elles ne font souffrir, parce qu’il peut y avoir une forme de dépendance aux outils, aux engins, aux emprunts, etc… Depuis que j’anime des formations d’agriculteurs autour de l’agriculture de conservation des sols et d’agroécologie, ce ne sont que des formations qui se terminent avec un sentiment d’optimisme. On se dit : « les choses vont s’améliorer pour le sol au lieu de dégrader, on va à grader, pour aller vers du mieux. » Ce sentiment de travailler à la sueur de son front pour gagner sa vie durement en se penchant sur le sol est très éloigné de ce que ça illustre pour moi. »

Photographie 1 – Jardin partagé de Xixare Baratza
© Association Xixare Baratza (Pays-Basque) (source : http://xixare.eu/fr/homefr/)

Extrait d’entretien avec Benoît, maraîcher en Dordogne :

« Ça donne de l’espoir, on voit que dans les villes on reprend la culture avec des petits jardins. On voit des lieux de vie qui ont l’air d’être agréables et des gens et des enfants qui sont l’avenir. Ils commencent là-dedans et on peut imaginer qu’ils vont faire perdurer ça, et on observe que les gens sont sensibilisés à la question environnementale et de l’alimentation. On voit de plus en plus de mouvement comme cela, c’est très intéressant d’observer des initiatives micro, locales et comment on fait en sorte que ces initiatives puissent faire boule de neige pour en arriver à des actions politiques et à des niveaux du territoires ou macro-économique. Parce qu’en fait ça, si ça reste des initiatives individuels et micro, ça restera minoritaire. Et on restera avec le type d’agriculture de labour qui nourrira la plupart des gens et qui les rendra malade. »

Extrait d’entretien avec un technicien de la Chambre d’Agriculture :

« Cette photographie me fait penser à du monde dans les terres. C’est-à-dire que la campagne est assimilée aujourd’hui à un désert humain, puisqu’on ne voit plus personne dans les campagnes. On ne voit plus que des engins et outils. Et les formes d’agricultures que l’on développe re-déploie les hommes dans les parcelles. Comme l’a dit Jean-Pierre Sarthou professeur à Toulouse, ces formes d’agricultures là peuvent se faire sur des surfaces un peu plus réduites et avec plus de main d’œuvres sur la même surface. Sur une grande exploitation, en faire deux qui soit fonctionnelle pour faire revenir des hommes et des femmes sur des territoires. Ça c’est un des objectifs aussi, de dire que c’est forme d’agriculture (bio ou agroécologie) peuvent faire revenir plus de monde dans les campagnes avec autour tout les services que ça peut rendre au-delà de ceux de l’agriculture. Et ça c’est très intéressant. »

Les notions de paysage, les perceptions du monde rural, les représentations des pratiques agricoles mais aussi le rapport au temps ont été notamment abordées. Par ce biais, nous avons ainsi pu comprendre les difficultés que peuvent engendrer la transition agro-écologique et les moyens nécessaire pour y parvenir.

La démarche d’enquête a en outre consisté à faire de la sociologie avec l’image, destinée principalement à récolter et à analyser des phénomènes sociaux. Nous avons, avec l’accord des personnes rencontrées, photographié nos entrevues et visites des fermes. Ces photographies complètent les propos des agriculteurs et agricultrices rencontrées, elles sont des supports qui offrent une visibilité immédiate de ce qui est à la fois suggéré, vécu et parlé. Nous avons notamment observé les outils utilisés, les postures, les tenues, les activités, les collaborations et les modes de vie, mais aussi les engagements et réseaux.

Photographie 2 – Hugues est un agriculteur et un éleveur bovin en Dordogne. Il présente ses graines : dans sa main droite du soja et de l’avoine dans sa main gauche. Il précise que ses cultures ont des cycles différents, entre 90 jours et 120 jour. Suivant la spécificité du sol, il sème soit du soja soit une graminée. © Cyrielle Vaillant 2020

Extrait d’une conversation entre Hugues et le conseiller agricole à propos des semences paysannes / biologiques :

Le conseiller : « Il est très important d’avoir son stock de semence prêt, après la récolte de la culture il ne faut pas attendre, car il y a encore de l’humidité dans le sol. »

Hugues : « Voici un mélange que je fais spécialement pour les prairies que je sème à la mi-septembre, ce qui permet d’augmenter le volume au printemps dans la prairie et dynamiser la prairie pour mon élevage. Et dedans, je mets tout ce que j’appelle les déchets de mes légumineuses fourragères. Sainfoin, Luzerne, Trèfles, etc. Quand je trie, j’essaie de faire quelque chose de très propre. Lorsque j’ai un peu de perte de graines viables, je me les garde et je me les mets en mélange pour recharger mes prairies. Mais comme c’est très léger, je suis obligé de mettre un gros volume avec des Fèveroles et du Seigle. »

Le conseiller : « De plus, la moitié des surfaces en polyculture élevage se sont des prairies naturelles, et quand elles sont mal exploitées, elles ne donnent pas beaucoup d’herbes. Et donc les prairies qui sont là, en ressemant de grosses graines de légumineuses, deviennent des surfaces de cultures. »

Hugues : « J’ai des graines qui ont un cycle entre 90 et 120 jours, il faut commencer par apprendre tout ça, et suivant la problématique que j’ai sur le sol, surtout en enherbement, je mets soit du Soja, soit de la graminée. Dans le secteur ce qui nous menace est l’Ambroisie. On en parle beaucoup dans les médias et en mettant de la graminée d’été on arrive à réduire l’Ambroisie. »

Le conseiller : « Et par rapport au soja, les bêtes de Hugues n’ont pas besoin de soja importé d’Amérique du Sud. En réalité, c’est surtout les bovins lait qui en utilisent le plus. Et dans ce cas de figure, on a aussi des programmes de nutritions qui peuvent progressivement se passer de soja sud-américain en réintroduisant la luzerne dans les rotations. »

Photographie 3 – Félix Noblia est un agriculteur et éleveur de bovin en Pays basque. Il attend, connecté à son téléphone, que l’abreuvoir soit rempli. © Cyrielle Vaillant 2020

L’article de Pierre et Marie-Claire Bourdieu (« Le paysan et la photographie », 1965)[1] permet un retour réflexif sur la production et la signification que l’on accorde à une image. Entre la personne qui la produit, celle qui la regarde et celle qui l’interprète. On peut s’interroger alors sur la signification des photographies : que donne à voir la photographie ? Qui écarte-t-elle ? Peut-elle devenir un objet de représentation sociale ? Un objet hiérarchisant ? Si aujourd’hui elle est utilisée par tous et toutes, il n’en demeure pas moins des questions sur ce qui est rendu visible et de ce qu’il ne l’est pas. Ainsi la démarche sociologique visuelle permet de comprendre et de produire une « connaissance dialoguée » issue d’un entretien avec un individu détenteur d’un savoir et d’une expérience que le ou la sociologue n’a pas ou peu. L’image vient compléter la description « dense » (thick description, selon l’expression de l’anthropologue Clifford Geertz). Elle permet également de révéler les collaborations, celles du vivant et du non-vivant. Lorsqu’on s’intéresse aux liens entre production et alimentation, aux connexions entre humains et non-humains (Houdard, 2011)[2], et à l’inscription des pratiques dans des espaces sociaux localisés (Laferté, 2014)[3], la photographie peut être un moyen de montrer à la fois l’ancrage des pratiques sociales dans des lieux hétérogènes et pluriels, mais aussi l’inscription des manières de faire dans des réseaux et interactions sociales différenciées. À cet égard, nous nous sommes inspirée de la manière d’enquêter de Béatrice Maurines[4], qui a exploré la nature du travail agricole en filmant le « triptyque production-transformation-commercialisation ». Ce triptyque représente le fil conducteur par lesquelles l’enquêté.e est passé.e pour en arriver à une agroécologisation des pratiques ; soit par la reconversion partie par partie de son exploitation, soit par la création d’un projet agro-écologique, ou encore par la collaboration, par une sensibilité, etc. Il y a dans ces démarches une matière observable. Prenons l’exemple de l’aménagement et la superficie d’une parcelle, qui peuvent être des éléments permettant de comprendre l’arrangement existant entre l’humain et le non-humain, en particulier lorsqu’il s’agit de la permaculture.

Lors des entretiens réalisés auprès des agriculteurs et agricultrices, nous avons eu la chance de partager une journée en leur présence et d’être dans une posture dite « proactive ». Nous avons adopté une posture d’observation et de participation, bien qu’il ait été davantage question de la première. Les agriculteurs et agricultrices ont partagé avec nous l’organisation des différents temps qui scandent leur journée de travail (productions, paperasserie, ventes, modes de vie spécifiques à chacun.ne). L’enquête exploratoire a été menée durant la crise sanitaire mondiale de la Covid-19. À la sortie du premier confinement en juin dernier, la caméra au poing nous sommes parties dans les campagnes de la Nouvelle-Aquitaine. L’approche sociologique a impliqué que nous réalisions nous-mêmes les photographies présentes dans ce rapport, en ayant la double casquette d’être à la fois celle qui observe et celle qui questionne. Les entretiens se sont présentés de la manière suivante : le moment de la rencontre et des premiers échanges on été pour la majorité filmés dans les intérieurs. Autour d’une tasse de café proposée en guise d’accueil, nous avons mené des entretiens dans l’espace de vie, généralement il s’agissait de la cuisine. Une fois le trépied et la caméra en place, nous nous sommes installées autour d’une table, et la discussion a commencé. Puis, la caméra à l’épaule et l’appareil photo dans l’autre main, nous sommes parties visiter la ferme.

Photographie 4 – Pâturage tournant dynamique de Félix Noblia, Pays Basque © Cyrielle Vaillant 2020
Photographie 5 – Big bag d’orge, Pierre produit sa bière de A à Z « de l’épi au demi », Charente © Cyrielle Vaillant 2020

Si l’image est plus ou moins intervenue sporadiquement dans les enquêtes sociologiques, elle est aujourd’hui à la fois considérée comme un objet et un outil à l’étude (Terrenoire, 1985)[1]. Elle demeure une démarche singulière, rendant visible des populations ou des situations fragilisées et peut ainsi devenir un véritable support d’enquête. « Les photographies sont utiles, car elles focalisent sur la routine des acteurs et de leur environnement, évitant les arguments visuellement spectaculaires qui deviendront typiques du photojournalisme (Douglas Harper (2003 : 242)). » (Maresca et Meyer, 2013, p. 11)[2].  L’image est « comme un produit social, qui a une fonction et une valeur dans la société ; et l’image du social, descriptive ou représentative des phénomènes sociaux, qui, dès lors, possède une pertinence sociologique dans sa capacité à donner à voir certaines conditions sociales. » (Maresca et Meyer, 2013, p.  17). Ainsi, une image aérienne d’un terrain réinvesti par la pratique de l’agroforesterie n’aura pas la même signification qu’un angle de vue au ras du sol d’un agriculteur ou d’une agricultrice travaillant la terre. Le choix de la photographie explique en partie ce qui a voulu être mis en lumière. Elle est à la fois l’objet descriptif d’une technique et le témoin de ce qui est décrit par le récit.

En somme, les données visuelles sont des outils qui mêlent différentes approches, comme le rappelle Douglas Harper dans son ouvrage de 2012 Visual Sociology, il y a « l’ethnographie visuelle, la photo documentaire, la réflexivité, la photographie aérienne, la comparaison, ethnométhodologie, la sémiologie, le multimédia, la photo comme support d’entretien, la photovoice. » (Maresca et Meyer, 2013, p. 20). C’est une kyrielle de possibilités offrant à la recherche la capacité d’augmenter le partage du sens, pour dépasser dans un même temps les frontières de l’univers scientifique.


[1] TERRENOIRE Jean-Paul, « Images et sciences sociales : l’objet et l’outil », Revue française de sociologie, vol. 26, n°3, 1985, p. 509-527.

[2] MARESCA, Sylvain et MEYER Michaël, Précis de photographie à l’usage des sociologues, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Didact sociologie », 2013, 109 p.


[1] BOURDIEU, Pierre, et BOURDIEU, Marie-Claire, « Le paysan et la photographie ». Revue française de sociologie, vol. 6, n°2, 1965, p. 164-174.

[2] HOUDARD, Sophie, « Humains, non-humains. Comment repeupler les sciences sociales. » Paris, La Découverte, « Hors collection Sciences Humaines », 2011, p. 7-13.

[3] LAFERTE, Gilles. « Des études rurales à l’analyse des espaces sociaux localisés », Sociologie, vol. 5, n° 4, 2014, p. 423-439.

[4] BEATRICE, Maurines, « Filmer le travail agricole à l’heure des circuits courts », Études rurales, n°199, 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/11483 


[1] Chiffres du dernier recensement de 2010 sur le site du gouvernement agriculture.gouv.fr

[2] « La montée des revendications écologiques et environnementales ont ensuite amené d’autres agriculteurs à chercher eux aussi des alternatives à l’agriculture “intensive”, mais sans recourir à l’agriculture biologique en raison de la complexité de sa mise en œuvre et de ses performances productives jugées insuffisantes » (Michel Griffon, « L’agroécologie, un nouvel horizon pour l’agriculture », Études, n°12, 2014, p. 33).

[3] Rapport de l’ORAB, L’agriculture Biologique en Région Nouvelle Aquitaine, 2018.

[4] Il s’agit d’une expression reprise de l’agriculteur du Pays basque Felix Noblia. À ce propos, Il accorde un entretien au quotidien Reporterre en février 2019. Lien vers l’article : https://reporterre.net/Le-paysan-chercheur-Felix-Noblia-invente-l-agriculture-sans-pesticides-et-sans

[5] Cette expression est empruntée à Félix Noblia.

[6] ALLENS, Gaspard, et LECLAIR, Lucile, « Prendre la clef des champs. Quelles visées politiques à l’installation paysanne ? », Mouvements, vol. 84, n° 4, 2015, p 15-23.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.