séminaire Alimentation-Environnement

Présentation du séminaire co-organisé par Antoine Bernard de Raymond (INRAE/ GRETHA) et Delphine Thivet (Université de Bordeaux/ Centre Emile Durkheim) – avec le soutien du Département CHANGES de l’Université de Bordeaux

L’EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE DES SYSTÈMES ALIMENTAIRES

L’agriculture représente, après le pétrole, l’une des sources principales d’émissions de gaz à effet de serre et contribue directement au réchauffement climatique. Elle contribue plus généralement au changement environnemental, et notamment à la perte de biodiversité. Les activités agricoles s’inscrivent elles-mêmes dans des systèmes alimentaires, caractérisés par l’internationalisation des échanges et l’usage des produits agricoles par des industries de transformation et le secteur de la distribution. En effet, la plupart des consommatrices et consommateurs à l’échelle mondiale ne produisent pas de denrées et les obtiennent par le marché ou d’autres canaux de distribution. L’alimentation devient ainsi le principal moteur des pratiques agricoles. Comprendre la dynamique des pratiques agricoles et identifier des leviers de transformation et d’écologisation de ces pratiques implique donc de déplacer le regard des seules pratiques agricoles pour étudier l’organisation des marchés, en particulier à l’échelle internationale, ainsi que la structuration des régimes alimentaires.

Il s’agit donc d’étudier le changement environnemental à partir de la question alimentaire. Ce constat invite à développer des approches interdisciplinaires, permettant de saisir à la fois la dynamique des modèles alimentaires, l’organisation socioéconomique des marchés et filières, les pratiques agricoles et leur empreinte environnementale. En outre, au-delà des pratiques agricoles, les systèmes alimentaires peuvent eux-mêmes être émetteurs de gaz à effets de serre ou vecteurs de pollution : transport, transformation et conservation des produits, etc. La connexion entre alimentation et environnement peut donc s’opérer sur de vastes échelles géographiques et par ailleurs impliquer des activités diversifiées (transport, logistique, transformation, distribution, marketing, etc.).

Ce séminaire aborde de front les questions de changement climatique et de changement environnemental qui représentent des problèmes globaux de première importance à l’heure actuelle. Il se saisit de ces questions à travers l’un des principaux moteurs du changement global, l’agriculture et l’alimentation.

Il promeut une approche par les systèmes alimentaires plutôt que par les seules pratiques agricoles. Ceci permet de dépasser les apories d’une recherche de transformations qui envisagerait seulement le lieu de l’exploitation ou de l’entreprise agricole. Très souvent les pratiques agricoles sont conçues en fonction d’attentes définies par l’aval des marchés agricoles (coopératives, transformateurs, distributeurs, consommateurs) et peuvent porter aussi bien sur les quantités, les prix, que la qualité des produits ou les processus de production. Prendre en compte la complexité de ces relations et les rapports de force en résultant, permet de construire une approche réaliste des leviers de changements en vue de l’écologisation des pratiques agricoles.

Le séminaire est construit sur une approche interdisciplinaire et mise sur la complémentarité et les synergies entre disciplines. Par exemple, les sciences sociales ont peu de données permettant de mettre en équivalence les formes d’organisation des marchés, les pratiques alimentaires qu’elles étudient avec l’usage de ressources primaires ainsi que leurs conséquences pour l’environnement. A l’inverse, les travaux en agronomie peuvent avoir des difficultés à intégrer des questions telles que la régulation des marchés, les rapports sociaux ou la dimension culturelle de l’alimentation. Ce séminaire vise ainsi à élaborer des problématiques, des méthodologies d’enquête ainsi que des données qui puissent être partagées ou articulées entre ces différentes disciplines.

Enfin, à un niveau épistémologique, il s’agit pour les sciences sociales de renouveler leurs modèles par la prise en compte des structures matérielles de la société (ressources primaires, infrastructures de transport et de communication, etc.) et de la manière dont les transformations globales de ces structures affectent le fonctionnement des sociétés.

PROGRAMME DES SEANCES

Séance 1 (4 février 2021, 14 h-17 h )

Pietro Barbieri (BSA/ISPA), Antoine Bernard de Raymond (INRAE/GRETHA), Thomas Nesme (BSA/ISPA) : “Echanges agricoles internationaux et usage des ressources en phosphore »

Caroline Dufy (Sciences Po Bordeaux/ Centre Emile Durkheim) : “Les politiques de sécurité alimentaire en Russie »

Bernard Calas (Université Bordeaux-Montaigne/ Les Afriques dans le Monde) : “De la rose au charbon de bois, un itinéraire de recherche vers le nexus Alimentation/environnement »

 Séance 2 (4 mai 2021, de 9h30 à 12h30) : Regards croisés sur l’écologisation de l’agriculture

Léa Lecomte (INRAE/GREThA) présentera les travaux d’une équipe d’économistes sur “Les attentes du consommateur: les apports de l’économie expérimentale »

Daniele Inda Andrio (Université de Bordeaux/Centre Emile Durkheim) présentera l’enquête collective du projet TRANSAGRINA sur “les trajectoires d’écologisation des pratiques agricoles en Nouvelle-Aquitaine »

 Séance 3 (8 juin 2021, de 9h30 à 12h30) : Les systèmes alimentaires face à la crise sanitaire (Covid-19)

Nathalie Corade (Bordeaux Sciences Agro) et Bernard Del’Homme (Bordeaux Sciences Agro) présenteront une communication intitulée “Sécurité et résilience Alimentaire en Nouvelle Aquitaine : Un programme de recherche régional  pour un réseau multi-acteurs au service de systèmes alimentaires territoriaux durables »

Antoine Bernard de Raymond (INRAE/GRETha) présentera le programme de recherche “Crise sanitaire et crise alimentaire – Insécurité alimentaire et solidarité pendant la pandémie de Covid-19 »

Séance 4 (18 novembre 2021, de 14h à 16 h) : Plastiques et alimentation humaine

Intervenant.e.s: Magali Della Sudda (CED), Jérôme Santolini (CEA): “Plastique en restauration scolaire : enjeu sanitaire et mobilisation citoyenne

Cette séance aura lieu à la Maison de l’Economie en salle B111.

Il est possible de suivre cette séance en visio-conférence. Participation sur inscription (en présentiel, comme en visio-conférence) auprès de l’adresse suivante : antoine.deraymond AT inrae DOT fr



		

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.