François-Xavier COTE ET AL., La transition agro-écologique des agricultures du Sud (QUAE, 2019)

Recension de l’ouvrage de François-Xavier COTE, Emmanuelle POIRIER-MAGONA, Sylvain PERRET, Bruno RAPIDEL, Philippe ROUDIER, Marie-Cécile THIRION (dir.), La transition agro-écologique des agricultures du Sud, Agricultures et défis du monde, Versailles, Éditions Quæ, 2019, 371 p.

Cette recension par Delphine Thivet (Centre Emile Durkheim, Université de Bordeaux) a été publiée dans Innovations, n° 64, 2021, p. 237-240.

https://www.cairn.info/revue-innovations-2021-1-page-237.htm

Issu de travaux de recherche et d’expérimentations conduits pendant plus de vingt ans par le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) et l’Agence française de développement (AFD) notamment en Afrique, Asie du Sud-Est, Amérique Latine et dans les Caraïbes, cet ouvrage collectif sous la direction de François-Xavier Côte, Emmanuelle Poirier-Magona, Sylvain Perret, Bruno Rapidel, Philippe Roudier et Marie-Cécile Thirion, rassemble et fait dialoguer les contributions de plus d’une centaine d’auteurs et d’autrices autour de la transition agroécologique des agricultures du Sud. Organisé en deux parties, il déploie d’abord neuf études de cas : les systèmes de polyculture-élevage en zone cotonnière au Burkina Faso (Ch.1) ; les cultures vivrières à Madagascar (Ch.2) ; la cacao-culture en système agroforestier en Afrique subsaharienne (Ch.3) ; les filets pour protéger les cultures maraîchères des bioagresseurs en Afrique (Ch.4) ; la transition agro-écologique au Laos (Ch.5) ; les systèmes de cultures de bananiers pour la réduction de l’utilisation de pesticides aux Antilles françaises (Ch.6) ; les systèmes horticoles agro-écologiques à la Réunion (Ch.7) ; les systèmes agroforestiers à base de caféiers en Amérique centrale (Ch.8) ; le développement de variétés de caféiers adaptées à ces systèmes (Ch.9). Il se centre ensuite dans la seconde partie sur des études thématiques (Ch.10 à 17) : articulation entre transition agroécologique et transition des systèmes alimentaires, place de la recherche dans l’innovation agroécologique, caractère multidimensionnel de la durabilité, potentialité de l’agroécologie en termes d’adaptation et d’atténuation face au changement climatique, dispositifs collaboratifs, nouvelles dynamiques marchandes fondées sur la relocalisation des systèmes productifs, inscription du processus de transition agroécologique dans les territoires, importance des politiques publiques d’appui à l’agroécologie. Le dernier chapitre intitulé « Transition agro-écologique des agricultures des pays du Sud : retours d’expériences et perspectives » fait la synthèse des chapitres précédents et propose « des pistes pour mieux accompagner, étendre et accélérer ce processus central qu’est la « transition agro-écologique » (p. 336).

L’intérêt de l’ouvrage réside dans l’éclairage de la diversité des enjeux entourant les agricultures du Sud aujourd’hui. Ces dernières, tout comme celles des pays du Nord, se trouvent confrontées de manière croissante à de multiples « impasses » socio-économiques et environnementales. Au fil des contributions, se dessine en effet une agriculture sans avenir : « piège du tout chimique » dans lequel se trouvent pris les maraîchers africains et qui a engendré maintes résistances des ravageurs (Ch.4, p. 76), « dégâts » (Ch.5, p. 89) du système agricole hérité de la Révolution verte sur les ressources naturelles mais aussi sur des communautés agricoles vulnérabilisées (accroissement des inégalités, endettement…) au Laos, pollution au chlordécone dans les monocultures de bananes Cavendish aux Antilles françaises (Ch.6, p. 109), ou encore « impasses de l’agrochimie » dans les systèmes de cultures fruitiers et maraîchers réunionnais (Ch.7, p. 134). Tout comme les agriculteurs du Nord, les agriculteurs du Sud – tels les cultivateurs de café Arabica très sensible à la hausse des températures (Ch.8) – doivent en outre s’adapter aux aléas et dérèglements climatiques qui menacent leurs systèmes de production. Au Nord comme au Sud, se pose donc la question des conditions de mise en œuvre de « systèmes agricoles et alimentaires plus durables » (p. 3) comme l’appelle de ses vœux José Graziano da Silva, ancien Directeur général Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) qui signe la Préface de l’ouvrage.

Les auteurs du chapitre 18 rappellent toutefois les défis spécifiques et communs que connaissent les pays du Sud par-delà la « diversité infinie » de leurs agricultures (p. 338) : une « croissance démographique », une « urbanisation rapide », des « marchés mondialisés » et des « structures macroéconomiques toujours dominées par les secteurs primaires et informels » (p. 335). S’y ajoutent des contextes politiques plus défavorables liés en particulier au « désengagement des États des secteurs agricoles et ruraux », aux « asymétries fortes » entre acteurs de l’agroalimentaire mondialisés et producteurs, ou encore à l’« insuffisance de biens publics de qualité, en particulier dans les domaines des infrastructures et des services » (ibid. ; Ch.10, p. 189). Les contributions de l’ouvrage nous plongent précisément dans l’exploration des innovations agroécologiques à la lumière de ces spécificités. L’analyse de ces innovations porte plus particulièrement sur leur nature technique (systèmes de culture alternatifs), organisationnelle (plateforme d’innovation, dispositif territorial, « innovation collaborative »), économique (actions sur les marchés ou les filières) ou institutionnelle (normes, discours, instruments de politique publique…), sur l’échelle de leur réalisation (parcelle, ferme, filière, territoire, pays), sur les types d’acteurs (producteurs, acteurs de l’amont et de l’aval filières, collectivités locales, consommateurs, chercheurs, acteurs du développement, etc.) qui participent à leur mise en œuvre.

Au fil de leurs chapitres respectifs, les auteurs de cet ouvrage mettent en évidence la complexité du processus d’écologisation agricole. Si l’agroécologie mobilise certes de nouvelles techniques – parmi elles, « la mobilisation des fonctionnalités des agro-systèmes, l’optimisation des processus naturels, la gestion sobre des ressources » (Introduction, p. 11) lesquelles se déclinent elles-mêmes en agriculture biologique, agriculture de conservation, agroforesterie, intensification écologique, etc. – elle est loin de s’y réduire. Plus largement, elle repose sur une « autre logique d’innovation » qui prend ses distances avec « une logique prescriptive ‘descendante’ du changement technique, basée sur la mise en œuvre de paquets techniques standardisés », à savoir « une logique d’innovation soutenue par un réseau d’acteurs divers, dont les producteurs eux-mêmes, et basée sur l’analyse des contextes et des besoins locaux, le développement à l’échelle de territoires des solutions biologiques, techniques et institutionnelles les plus adaptées » (ibid., pp. 11-12). Par conséquent, le propre des innovations agroécologiques est de ne pouvoir renvoyer ni à un « modèle » ni à une trajectoire « unique » (Ch.18, p. 338), mais bien plutôt de faire l’objet d’appropriations, de déclinaisons et d’usages pluriels (Ch.15, p. 295 ; Ch.10, p. 186) par une diversité d’acteurs sociaux à plusieurs échelles.

La complexité du processus d’innovation agroécologique réside en outre dans ses temporalités contradictoires. « Long et sinueux » est en effet le chemin entre, d’une part, l’élaboration de savoirs scientifiques écologiques et d’autre part « leur traduction dans des systèmes techniques réels observables à grande échelle » (Ch.11, pp. 217-218). Plusieurs contributions de l’ouvrage soulignent également les « temporalités contrastées » entre d’une part, le « temps long des apprentissages, de la construction du capital social et humain et de l’expression tangible de résultats », qui parfois excède une décennie, d’autre part, le « temps court » des agriculteurs et autres acteurs en attente de rendements rapides et de performance économique (Ch.18, p. 343).

Enfin, l’ouvrage évoque de manière intéressante les « antagonismes » et « synergies » pouvant exister, face au « fardeau de la pauvreté » de nombreux pays du Sud, entre les trois dimensions, sociale, environnementale et économique, de la durabilité, laquelle est-il rappelé ne peut être mesurée « de manière absolue » (Ch.12, p. 223). Ces tensions ou compromis « entre indicateurs environnementaux et économiques » (ibid.) auraient toutefois pu être davantage détaillés dans chacun des chapitres. Quoi qu’il en soit, l’ouvrage permet d’ouvrir des pistes de réflexion intéressantes sur les modes d’évaluation des services rendus par des systèmes agricoles écologiques (au-delà de la performance strictement économique) et sur la définition de l’« échelle de temps et d’espace » pertinente à prendre en compte dans ces derniers (ibid., p. 227 ; Ch.18, p. 347). De même, les mentions aux rapports de pouvoir, asymétries, inégalités des acteurs, qui ponctuent ici et là l’ouvrage sans être approfondis (Ch.5, p. 92 ; Ch.9, p. 76 ; Ch.13, p. 253 ; Ch.17, p. 330) rappellent toutefois à bon escient toute l’importance de prendre en compte les « dimensions politiques de la transition agroécologique » (Ch.18, p. 337), notamment le rôle crucial de la société civile (consommateurs, mouvements sociaux) et de l’action publique nationale et internationale pour impulser et accompagner une transformation des systèmes agricoles et alimentaires.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Transagrina (28 janvier 2021). François-Xavier COTE ET AL., La transition agro-écologique des agricultures du Sud (QUAE, 2019). Trajectoires de transition en agriculture. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ve0y


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.